« Les Liaisons scandaleuses », sur Arte : dangereuses mais passionnantes

Elsa Lepoivre (Madame de Merteuil) et Eric Génovèse (vicomte de Valmont) dans « Les Liaisons scandaleuses », de Priscilla Pizzato.

ARTE – MERCREDI 22 SEPTEMBRE À 22 H 55 – DOCUMENTAIRE

« Ce livre, s’il brûle, ne peut brûler qu’à la manière de la glace », en disait Baudelaire. L’intention de son auteur était de rédiger « un ouvrage qui sortît de la route de l’ordinaire, qui fît du bruit et qui retentît encore sur la terre, quand j’y aurais passé… »

L’auteur ? « CdL », puisque, quand ledit ouvrage parut, en 1782, c’est semi-anonymement. Il s’agit en fait des initiales de Choderlos de Laclos (1741-1803), à l’origine officier de carrière. Son roman épistolaire Les Liaisons dangereuses a, depuis, fait l’objet d’un nombre plus que certain de thèses et d’adaptations – théâtrales, télévisuelles et cinématographiques.

Lire aussi « Les Liaisons dangereuses », de Pierre-Ambroise Choderlos de Laclos : une parfaite perfidie

S’appuyant sur certaines de ces dernières pour rafraîchir nos mémoires, Priscilla Pizzato signe, pour Arte, un documentaire plus que réussi. Réussi parce que, si les extraits des films de – pour ne citer qu’eux – Roger Vadim, Stephen Frears ou Milos Forman viennent raviver nos souvenirs, le texte est aussi entendu à la lettre. En effet, Elsa Lepoivre et Eric Génovèse prêtent ici leur talent pour faire entendre et résonner la langue du XVIIIe siècle, et les deux comédiens du Français forment un bien diabolique couple Merteuil-Valmont.

La guerre des sexes

Remarquable aussi par le rythme trouvé, alternant lectures – dans un décor/costumes entre hier et aujourd’hui bienvenu pour souligner le caractère résolument moderne de l’œuvre de Laclos – et interviews, de l’universitaire Michel Delon ou de l’autrice Cécile Guilbert – qui rappelle comment le roman fut déclaré dangereux, notamment pour les femmes. Et c’est bien par une femme que tout, dans le roman – y compris le scandale, donc –, advient.

Personnage neuf en littérature, Madame de Merteuil est fascinante dans ce qu’elle tente d’être : « L’auteure de sa propre vie », selon la philosophe Geneviève Fraisse. Avec elle, c’est la guerre des sexes qui est déclarée et l’on se souviendra peut-être de Madame de Merteuil confiant avoir été obligée de devenir celle qu’elle est. « J’ai toujours su que j’étais née pour dominer votre sexe et venger le mien », écrit-elle dans Les Liaisons dangereuses, mais sachant combien les femmes doivent être plus habiles que les hommes : « Vous pouvez détruire notre réputation de quelques mots bien choisis. »

Mais le roman pose bien d’autres questions, d’une modernité tranchante. Celle de la manipulation et celle du consentement – le vicomte de Valmont abusant clairement de ses pouvoirs pour posséder Cécile de Volanges comme Madame de Tourvel. Autant de sujets qui tiennent à cœur Choderlos de Laclos, également auteur, en 1783, d’un essai, De l’éducation des femmes, qui fit aussi grand bruit.

Diffusé sur Arte dans la collection « Les grands romans du scandale », dont c’est la troisième saison, le documentaire de Priscilla Pizzato, tout en donnant à réentendre la sublime langue de Laclos et l’éclairant à la lumière des prises de conscience, de parole et surtout d’écoute récentes (#metoo), rappelle combien cette œuvre scandaleuse est aussi un roman résolument noir : faut-il rappeler que nous sommes au XVIIIe siècle, et que tous les protagonistes du livre, broyés, finissent par mourir – d’une mort réelle ou sociale ?

Les Liaisons scandaleuses, documentaire de Priscilla Pizzato. Avec Elsa Lepoivre et Eric Génovèse (Fr., 2021, 52 min.). Sur Arte.tv jusqu’au 14 mars 2022.