Les opérateurs télécoms comptent désormais 14 millions d’abonnés à la fibre

La qualité du réseau fibre fait de la France l’un des pays les plus avancés d’Europe. Mais des disparités entre zones urbaines et rurales sont encore présentes.

4G, 5G, fibre à la maison… Les opérateurs télécoms n’ont plus qu’une idée en tête: apporter l’internet très haut débit à tous. Les confinements ont apporté la preuve de l’importance vitale de disposer d’une bonne connexion, pas seulement pour télétravailler, étudier ou regarder des vidéos sur Netflix. Les téléconsultations médicales ont explosé, avec des pics à 1 million par semaine au printemps 2020, soit une flambée de 1000 % par rapport à 2019. Les démarches administratives, depuis l’instruction des enfants à l’école jusqu’au calcul des indemnités de départ à la retraite.

La demande des consommateurs pour la fibre (FTTH) et la 4G ne cesse de croître. Les opérateurs poursuivent d’ailleurs le déploiement de ses deux réseaux, en plus de la 5G. À tel point qu’un cap important devrait bientôt être franchi dans le fixe. Aujourd’hui, la France compte 14 millions de clients fibres. Et il y aura bientôt plus de foyers abonnés à la fibre qu’à l’ADSL (ou VDSL). L’engouement des clients est le même chez tous les opérateurs. Plus de 45 % des clients de Bouygues Telecom à une offre de téléphonie fixe ont opté pour la fibre, soit 1,9 million de foyers. La proportion n’était que de 30 % l’année dernière. La filiale du groupe Bouygues présente une caractéristique: son réseau ADSL est très peu développé et sa base de client au fixe est la plus faible du marché. Elle a misé directement sur la fibre pour combler son retard sur ses concurrents. Parti très tôt, Orange est toujours largement en avance sur ses concurrents avec 5,2 millions d’utilisateurs de la fibre. Suivent SFR et ses 3,6 millions d’abonnés fibre et Free qui en affiche 3,3 millions. Ce qui fait de la France, le pays un des plus avancés dans le domaine en Europe. Parallèlement, les travaux se poursuivent pour amener le service à tous.

100% en 2025

L’objectif fixé par le gouvernement étant une couverture à 100% du territoire en 2025. Le gouvernement ne lésine pas sur les moyens, puisque dans le cadre du plan de relance, 570 millions sont consacrés au déploiement de la fibre. Il s’agit désormais de résoudre la partie la plus complexe du défi: apporter la fibre à des logements isolés dans les campagnes. Ceux dont le coût de raccordement est le plus élevé.

La question de l’aménagement du territoire est primordiale avant l’élection présidentielle. Les élus locaux des zones rurales sont hypersensibles au sujet. La progression des usages numériques au quotidien rend encore plus insupportables les problèmes de connexions pour les habitants des «zones blanches», les oubliés de la 4G, les exclus de la fibre. S’armer de patience en attendant que les travaux soient réalisés n’est pas toujours facile quand le bureau de Poste le plus proche a fermé ses portes, tout comme l’agence bancaire et un commerce de proximité… et que le numérique n’est pas encore là pour prendre le relais.

Les agents immobiliers tirent la sonnette d’alarme, une maison sans la fibre va devenir invendable. Il faut pouvoir se connecter, ne serait-ce que pour des raisons de sécurité. Et c’est bien l’un des paradoxes du moment. Parmi les opposants à la 5G, nombreux sont ceux qui réclament l’internet haut débit pour tout. «Vous verrez que ce sont les mêmes qui dans cinq ans viendront râler parce qu’ils n’ont pas la 5G», souffle avec un brin de lassitude le patron d’un opérateur.