Les visiteurs découvrent l’Arc de triomphe empaqueté par Jeanne-Claude et Christo

Les 25 000 mètres carrés de tissu argent bleuté et les 3 000 mètres de corde rouge ont été intégralement déployés autour de l’Arc de triomphe, à Paris. L’installation, telle que l’avaient rêvée Christo (mort en mai 2020) et Jeanne-Claude, a été inaugurée, samedi 18 septembre. Des milliers de personnes se sont pressées sur la place de l’Etoile piétonnisée pour observer l’éphémère Arc de triomphe empaqueté, visible jusqu’au 3 octobre.

« L’Arc de triomphe empaqueté est un formidable présent aux Parisiens, aux Français et, au-delà, à tous les amateurs de l’art », avait déclaré la ministre de la culture, Roselyne Bachelot, lors de la conférence de presse de présentation de l’œuvre, jeudi.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’Arc de triomphe empaqueté par Jeanne-Claude et Christo ravive le débat sur l’art contemporain dans l’espace public

Dès 1962, Christo et Jeanne-Claude avaient signé un photomontage avec le monument empaqueté, une idée surgie en regardant le monument de leur premier appartement parisien, avenue Foch. D’un coût de 14 millions d’euros, le projet est entièrement autofinancé, sans subvention publique, grâce à la vente d’œuvres originales de Christo, dessins préparatoires, souvenirs, maquettes et lithographies.

L’empaquetage de l’Arc de triomphe « sera comme un objet vivant qui va s’animer dans le vent et refléter la lumière. Les plis vont bouger, la surface du monument va devenir sensuelle », expliquait Christo en présentant son ultime projet, deux ans avant sa mort. Aux visiteurs, désormais, d’apprécier l’œuvre – ou de la conspuer.

Le Monde