Livraison de repas : Meituan condamné pour abus de position dominante

Un livreur de repas de Meituan, à Pékin, le 10 octobre 2021.

C’est un revers pour Meituan. Le numéro un chinois de la livraison de repas a été condamné à payer une amende de 3,4 milliards de yuans (456 millions d’euros) pour abus de position dominante, vendredi 8 octobre. L’administration d’Etat pour la régulation des marchés (SAMR) lui reproche notamment d’avoir imposé l’exclusivité aux restaurateurs qui utilisaient sa plate-forme.

Outre cette sanction pécuniaire, l’entreprise devra rendre à toutes ses sociétés partenaires des « dépôts d’exclusivité » collectés pour s’assurer de leur fidélité, soit 173 millions d’euros au total. L’amende représente 3 % du chiffre d’affaires de Meituan en 2020, un montant supportable pour la firme, et qui devrait lui permettre d’aller de l’avant, après bientôt un an d’une campagne du pouvoir pour la régulation des géants de la technologie.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Meituan, la « super-app » chinoise qui vaut 45 milliards d’euros

Pékin s’était attaqué aux mastodontes des services en ligne, avec l’annulation in extremis, début novembre 2020, de l’introduction en bourse d’Ant Group, la filiale de paiement d’Alibaba. Depuis, une série d’enquêtes et de réglementations ont frappé les grands noms de la tech. Tour à tour, la finance en ligne, les pratiques monopolistiques de la vente en ligne, la protection des données des utilisateurs, l’exploitation des livreurs et des chauffeurs, et l’éducation privée ont été visées. Cet été, le secteur du soutien scolaire, qui pèse des centaines de milliards d’euros, a été pratiquement anéanti, quand les autorités ont contraint les compagnies du secteur à devenir des entités à but non lucratif.

La décision visant Meituan concerne principalement l’obligation d’exclusivité imposée aux restaurateurs et vendeurs. Cette pratique est courante, mais suscitait la frustration des premiers. En avril, Alibaba avait reçu une amende de 18,2 milliards de yuans, soit 4 % du chiffre d’affaires de l’entreprise, pour les mêmes abus auprès des vendeurs de ses plates-formes de vente. D’après le communiqué de la SAMR, Meituan contrôle désormais 70 % du marché de la livraison de repas.

Baisse de rentabilité

« Je m’attendais à une amende plus élevée, parce qu’ils avaient déjà été punis par des branches locales de la SAMR les années précédentes. Là, c’est moins qu’Alibaba, et seulement 5 % des réserves de cash de Meituan, donc l’entreprise n’aura aucun mal à payer, explique Michael Norris, chef de la stratégie pour Agency China, un cabinet de conseil établi à Shanghaï. On peut dire que cette affaire est derrière eux, à condition qu’ils se mettent en conformité, car le texte indique que Meituan sera évalué chaque année pendant trois ans sur les mesures correctives adoptées. »

Il vous reste 38.64% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.