Livres jeunesse : frissons garantis pour Halloween

> Dracula sensible

«  Dracula », illustrations d’Adèle Maury, musique de l’Orchestre national de jazz.

A la frontière entre conte musical, concert et théâtre, le Dracula de l’Orchestre national de jazz (ONJ) avait été imaginé pour la scène à sa création, en décembre 2019. La pandémie de Covid-19 a vite contrarié ce destin, mais a permis la naissance de ce magnifique ouvrage. Sur la musique de l’ONJ, les monotypes noir et blanc de l’illustratrice, Adèle Maury (lauréate du premier prix du concours Jeunes Talents au Festival d’Angoulême 2020), précipitent les lecteurs-auditeurs dans un monde clos, à la fois sombre et lumineux, écartelé par des forces contraires. La jeune Mina cherche sa mère et rencontre Dracula, qui l’attendait. Leurs voix (interprétées par des femmes) sont douces, leurs chansons sensibles. Il y a parfois de la tendresse, jamais d’épouvante, mais des moments de dissonance musicale, de tourbillons graphiques, qui permettent de garder intactes la richesse et l’ambivalence de ce conte jusqu’au dernier instant. Pour ceux qui souhaitent prolonger par la scène, des représentations sont prévues dans les mois à venir.

«  Dracula », illustrations d’Adèle Maury, musique de l’Orchestre national de jazz. ONJ Records, L’Autre Distribution, 92 pages, 25 euros. Dès 6 ans.

> Fenêtre sur peur

« Regarde par la fenêtre », de Katerina Gorelik.

Méfiez-vous des apparences, dit avec malice ce joli album aux tout-petits. Grâce à un jeu de fenêtres ouvrant sur chaque page, on croit voir ici une maison en feu, là le loup engloutissant la grand-mère. On tourne, et ce n’est qu’un gentil dragon faisant griller ses toasts, tandis que Loup est sagement assis à table pour le thé. Cela marche dans les deux sens : on croit apercevoir une « adorable vieille dame » avant de tomber nez à nez avec une sorcière et sa marmite. Exclamations garanties en découvrant l’arrière-cuisine envahie d’insectes de Madame Cochon, la grande cuisinière.

« Regarde par la fenêtre », de Katerina Gorelik, texte adapté par Emma Gauthier. Saltimbanque, 60 pages, 15,90 euros. Dès 3 ans.

> Déguisez-vous !

« Mystère dans le grenier », de Dorothée de Monfreid.

Une bande de toutous, peinards, en pleine partie de jeu de l’oie, entendent des bruits bizarres dans le grenier. Plutôt que d’affronter l’ennemi effrayant à coups de crocs (« Mais on n’est pas assez forts pour le battre »), ils optent pour des déguisements, dans l’espoir d’inverser la peur et de faire fuir le monstre. L’autrice Dorothée de Monfreid (Libération, Pomme d’Api) poursuit sa série des « Toutous », avec un talent de dessinatrice qui donne tout de suite l’impression d’être à la maison. L’album aux pages cartonnées est une variation réussie sur une trame classique.

Il vous reste 4.65% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.