Maison Blanche, gueules noires et faux paradis vert : notre choix de séries

LA LISTE DE LA MATINALE

Le flux des nouveautés se ralentit un peu, en attendant l’avalanche de fin d’année. Côté américain, la fiction poursuit sa recension des crises qui ont secoué la démocratie, avec, aujourd’hui, l’affaire Monica Lewinsky. Sur France 2, arrive enfin la spectaculaire adaptation de la fresque minière d’Emile Zola, pendant que Polar + propose une version politique du genre « scandinoir ».

« Impeachment » : l’affaire Lewinsky à la lumière d’aujourd’hui

Après avoir acquis les droits du livre de Jeffrey Toobin A Vast Conspiracy, Ryan Murphy l’avait promis : il n’adapterait pas l’affaire Monica Lewinsky pour l’écran sans l’accord et l’implication de la première intéressée. En 2019, l’ex-stagiaire de la Maison Blanche devenue productrice signait avec le showrunner et la chaîne FX pour exercer un droit de regard – limité – sur son personnage dans la troisième saison de la série anthologique American Crime Story, consacrée à la liaison qui faillit faire tomber le président Bill Clinton à la fin des années 1990.

Pour en nourrir une relecture à la lumière d’aujourd’hui, Ryan Murphy et sa coscénariste Sarah Burgess font de Monica Lewinsky (Beanie Feldstein) une jeune femme naïve et imprudente, instrumentalisée par sa collègue Linda Tripp (Sarah Paulson) qui va chercher, à travers les divulgations des confidences de Lewinsky sur Clinton, à se venger de la Maison Blanche, dont elle a été écartée.

Cette mise à jour post-#MeToo d’un épisode peu glorieux de la politique américaine se double d’une réflexion sur les ferments du trumpisme à l’œuvre dans ces années-là. Pas inintéressante, elle a le défaut de considérablement alourdir les 10 épisodes d’Impeachment, déjà fort denses. Audrey Fournier

Impeachment : American Crime Story, série créée par Ryan Murphy. Avec Sarah Paulson, Beanie Feldstein, Clive Owen, Annaleigh Ashford, Margo Martindale (EU, 2021, 10 × 55 min). Deux épisodes le jeudi à 21 h 10 sur Canal+ à partir du 28 octobre. A la demande sur MyCanal.

« Germinal » : Emile Zola pour le XXIe siècle

Disponible depuis sa première au festival Séries Mania, début septembre, sur la plate-forme Salto, Germinal affronte maintenant l’épreuve de la diffusion linéaire sur une chaîne du service public. Cette tentative audacieuse et passionnante vise à réconcilier une tradition télévisuelle française, l’adaptation d’un monument littéraire, et la modernité sérielle.

Pendant que l’équipe de scénaristes emmenée par Julien Lilti a mis les dialogues et le rythme du roman d’Emile Zola au diapason du langage contemporain, le réalisateur David Hourrègue a utilisé les moyens de cette coproduction internationale (France 2, RAI, Salto) – figuration imposante, décors à la fois fidèles et hallucinatoires, effets numériques − pour traduire le souffle épique de Germinal.

Il vous reste 44.08% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.