Migrants : « Jeunes majeurs étrangers : une situation absurde »

Tribune. Ici, un apprenti migrant soutenu par un boulanger en grève de la faim pour appuyer sa demande de titre de séjour. Là, un jeune poète migrant menacé d’expulsion accompagné par un collectif de soutien citoyen. Là encore, douze élèves d’un même lycée professionnel pour lesquels un collectif de « Patrons solidaires » et d’enseignants s’est mobilisé… Les exemples sont multiples de ces jeunes, soutenus par des institutions et collectifs, qui se voient délivrer, par l’État, une Obligation de quitter le territoire français (OQTF) à leur majorité.

Ces jeunes, femmes et hommes, sont arrivés en France comme mineurs non accompagnés. Certains ont été reconnus mineurs et sont pris en charge par l’Aide sociale à l’enfance dans la construction d’un parcours de vie, dans leur scolarisation et leur formation professionnelle grâce, notamment, à des dispositifs spécifiques pour élèves allophones.

Lire aussi Besançon : un apprenti boulanger guinéen menacé d’expulsion régularisé, après la mobilisation de son patron

D’autres n’ont pas été reconnus mineurs. Certains de ces jeunes ont introduit un recours contre ce refus et sont en attente d’une décision de justice. Ils peuvent, au cours de cette période de recours, compter sur un puissant réseau de solidarité citoyenne qui pourvoit, autant que faire se peut, à leur hébergement et les inscrit dans des établissements d’enseignement et de formation, notamment privés. Certains, en revanche, ont quitté les radars de l’administration et des dispositifs de solidarité citoyenne et se débrouillent comme ils peuvent.

Qu’ils soient reconnus mineurs ou qu’ils soient en recours, ces jeunes sont, dans la grande majorité des cas, accompagnés et en situation de formation professionnelle et d’apprentissage. Assidus, sérieux, travailleurs, attentifs, ils obtiennent pour nombre d’entre eux leur diplôme avec succès. Cette qualification leur permet de signer un contrat de travail avec des entreprises et patrons prêts à les accueillir, notamment dans des secteurs d’activité qui ont du mal à recruter.

Immense gâchis

Seulement, lorsque ces jeunes atteignent l’âge de la majorité et introduisent une demande de titre de séjour, l’administration française le leur refuse et leur délivre une OQTF, au motif, notamment, d’une erreur dans les documents d’état civil. Ainsi, l’Etat français leur envoie un message d’une grande violence. Car après avoir été accueillis, accompagnés, scolarisés, formés et diplômés les voilà exclus du fait de leur majorité. Cette situation est un immense gâchis qui affecte les individus et la collectivité dans son ensemble.

Au plan pratique, la situation est une impasse. Car il ne faut pas se leurrer, ces jeunes ne quitteront pas le territoire français

Il vous reste 60.89% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.