Mostra de Venise : « Competencia oficial » passe le star-système à la broyeuse

Antonio Banderas, Penélope Cruz et Oscar Martinez dans « Competencia oficial » (2021), de Mariano Cohn et Gaston Duprat.

On a ri, à la Mostra de Venise, samedi 4 septembre, dans la grande salle du Palais du cinéma : les festivaliers étaient pliés en quatre en découvrant le nouveau long-métrage des réalisateurs Mariano Cohn et Gaston Duprat, le bien nommé Competencia oficial, puisque le film figure en compétition et concourt pour le Lion d’or. On connaissait le talent pince-sans-rire du tandem argentin et leur agilité à croquer l’univers de l’art et de la culture dans toute sa splendeur et ses bassesses – confer L’Artiste (2011) et Citoyen d’honneur (2017). Cette fois-ci, les cinéastes s’aventurent là où le grand public ne met jamais son nez, dévoilant les coulisses de la fabrication d’un film, avec son casting de vedettes.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Pedro Almodovar ouvre la Mostra de Venise avec « Mères Parallèles »

Penélope Cruz interprète Lola Cuevas, une réalisatrice en vogue, aux méthodes excentriques. Ici, pas d’argent public, pas de commission d’aides. Le Kärcher, s’il vous plaît ! Grâce au mécénat d’un vieux patron de l’industrie pharmaceutique, lequel veut laisser une trace culturelle avant de tirer sa révérence, Lola commence l’adaptation d’un roman célèbre, sur deux frères ennemis.

Elle choisit, pour les incarner, deux immenses comédiens : le premier, Felix Rivero (Antonio Banderas), est un bellâtre qui collectionne les rôles dans le cinéma mainstream, multirécompensé ; le second, aux antipodes, Ivan Torres (Oscar Martinez), est un éminent acteur de théâtre, cultivé, cochant toutes les cases de la bien-pensance. Moins starisé que Felix, Ivan est toutefois convaincu de sa supériorité intellectuelle et les deux hommes se livrent une compétition féroce sur le plateau. Lola en joue, cette bataille d’ego étant par ailleurs au centre de son scénario.

Une montagne d’anecdotes

Sans doute les cinéastes ont-ils collectionné une montagne d’anecdotes sur les tournages, dont ils extraient ici quelques pépites. Dans Official Competition (titre international du film), le comique de situation vient de cette observation du réel, que le duo de réalisateurs grossit à la loupe, en imaginant des situations foldingues, sans franchir la ligne qui les ferait dévier vers la grosse blague. Les trouvailles sont à la limite du crédible et, si l’on y croit, c’est parce que les acteurs tirent parfaitement bien, et juste ce qu’il faut, sur les ficelles.

Penélope Cruz quitte son masque de madone pour une allure plus déjantée

Penélope Cruz se renouvelle, incarnant avec un brin de sadisme une réalisatrice prête à tout pour que ses acteurs donnent le « meilleur » d’eux-mêmes – par ailleurs, physiquement, elle quitte son masque de madone pour une allure plus déjantée, avec de longs cheveux frisés.

Il vous reste 24.9% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.