Mostra de Venise : dans « Le Dernier Duel », Ridley Scott téléporte #metoo au Moyen Age

Le réalisateur Ridley Scott, à la Mostra de Venise, le 10 septembre 2021.

Quand Ridley Scott s’intéresse à la question du consentement à une relation sexuelle, au temps des chevaliers, cela donne une œuvre hybride, sincère mais maladroite, et un peu longue (2 h 32). Présenté à la Mostra de Venise, hors compétition, vendredi 10 septembre, Le Dernier Duel est inspiré d’une histoire vraie, et ancienne, dont les différentes versions ont été relatées dans l’ouvrage d’Eric Jager, Le Dernier Duel : Paris, 29 décembre 1386 (Flammarion, 2010) : soit le combat que se livrent deux chevaliers, Jean de Carrouges et Jacques Le Gris, ce dernier étant accusé d’avoir violé Marguerite, la femme de Jean.

Un duel qui en dit long sur l’invisibilité de la femme, à cette époque : si le mari, Jean, gagne combat, sa victoire sera interprétée comme un signe de Dieu, confortant la thèse de la jeune épouse – la parole de Marguerite n’étant pas prise en considération par les autorités.

Dans le cas contraire, si le mari meurt, Marguerite sera considérée comme ayant fait un faux témoignage : elle ne survivra pas à son mari et sera brûlée vive sur le bûcher. Autrement dit, le mari provoque un duel pour sauver sa réputation, mettant ainsi en jeu la vie de sa femme. Préservant le suspense jusqu’à la dernière minute, Le Dernier Duel, qui sortira en salle le 13 octobre, plonge le spectateur aux racines de l’ancestrale inégalité femmes-hommes, et de la « culture du viol ».

Un film féministe bien sous tous rapports

A l’origine du film, Matt Damon a transmis l’ouvrage d’Eric Jager à Ridley Scott, fin 2018, un an après l’essor du mouvement #metoo. Matt Damon interprète Jean de Carrouges, Adam Driver, Jacques Le Gris, Jodie Comer, Marguerite, et Ben Affleck, le comte Pierre d’Alençon (en homme dépravé et peroxydé).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Mostra de Venise : quelques pépites au milieu d’une compétition d’une rare noirceur

Matt Damon, Ben Affleck et Ridley Scott ont écrit les rôles masculins, et celui de la femme a été confié à la scénariste Nicole Holofcener, a pris soin d’expliquer le réalisateur américain, lors de la conférence de presse qui a suivi la projection. Ces précisions ont fait sourire, mais le message est clair : Le Dernier Duel, dont Ridley Scott est également le producteur, est un film féministe bien sous tous rapports.

Marguerite ne se tait pas, et son mari accepte de la soutenir dans son accusation de viol – non par féminisme ni empathie, mais pour récupérer son « territoire »

Démarrant avec son lot de combats, de cuirasses et de trahisons pendant la guerre de Cent Ans, le film se centre peu à peu sur le couple formé par le chevalier Jean de Carrouges et la blonde Marguerite : leurs rapports sexuels des plus basiques, le désarroi de la jeune épouse qui, de surcroît, n’arrive pas à « donner un héritier » à son mari… Jean, chevalier courageux mais un peu rustre, entretient des relations orageuses avec Jacques Le Gris, homme lettré et libertin, favori du comte Pierre d’Alençon.

Il vous reste 43.43% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.