« Newton à la plage », de Yann Mambrini : un plongeon dans la gravité

Le livre. Certes, les vacances scolaires sont finies et, avec elles, l’éventuelle bronzette sur le sable. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas lire ce dernier tome de la série de vulgarisation de Dunod, Newton à la plage. Ne serait-ce que parce que, pour le même prix, vous aurez aussi du Maxwell et de l’Einstein entre les mains !

En effet, comme si les immenses avancées du savant britannique (1642-1727) ne suffisaient pas à remplir un livre assez court, Yann Mambrini, l’auteur, tient à expliquer les développements qui ont suivi cette œuvre dans les domaines de l’électromagnétisme et de la relativité. En outre, ce physicien ajoute des digressions sur Faraday ou Kepler, et des anecdotes ne concernant pas Newton – comme celle d’un passage dans l’œuvre de Laplace, supprimé dans une troisième version alors qu’il contenait la trace de la première définition conceptuelle d’un trou noir. Il insiste aussi sur le rôle d’Emilie du Châtelet, qui a été plus qu’une « traductrice » de Newton.

L’ouvrage est donc pointu, érudit et très riche. Comme le veut la ligne éditoriale de la série, il s’agit moins de biographies d’illustres savants que d’un tour d’horizon de leurs principaux apports scientifiques à destination d’un large public. La vie non scientifique de Newton, également palpitante, n’est donc pas le cœur du récit, même si on y trouve des mentions de sa dépression, de son isolement, de sa passion pour l’alchimie… Ainsi que le fait qu’il a été le premier à expliquer les marées, sans avoir jamais vu la mer.

Densité et clarté

Place donc essentiellement à l’exposé des nombreuses avancées qu’a réalisées l’éminent scientifique. L’auteur débute par les bases, l’énergie et le mouvement avec les trois premières lois de Newton (sur l’inertie, l’accélération, l’action-réaction). Puis il enchaîne sur les deux gros morceaux qui ont rendu si célèbre le savant anglais : la lumière et la gravitation. Au passage, évidemment, il est question d’une autre de ses inventions, le calcul infinitésimal. Enfin, en trente pages, l’auteur condense les dernières trouvailles de la physique en lien avec Newton et les mystères qui persistent : matière noire, énergie noire, ondes gravitationnelles, trous noirs des débuts de l’Univers, Big bang, unification des forces… Il y montre aussi tout l’enthousiasme qu’il y a, pour un chercheur, à résoudre ces énigmes.

Malgré la densité d’information, le propos reste fluide et clair. Certes, ces sujets et leur vulgarisation ne sont pas neufs, mais l’exercice est ici très réussi. Une originalité est tout de même de rester assez proche des raisonnements de Newton, pour faire comprendre au lecteur la logique qui a par exemple conduit le savant à développer une vision particulaire de la lumière ou à proposer sa loi de l’attraction universelle. Enfin, les messages sur l’importance des mathématiques pour la physique, ou encore sur le rôle central qu’a joué Newton dans l’histoire des sciences et sur l’influence qu’il a eue sur ses successeurs, passent fort bien.

Il vous reste 3.04% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.