Nicolas Sarkozy en « Promenades » : c’est peut-être un détail pour vous…

Nicolas Sarkozy dans une librairie du 16e arrondissement de Paris, le 2 octobre.

Père tranquille

Même pas mal. Même pas un peu. Rien du tout. Le 30 septembre, Nicolas Sarkozy était condamné à un an de prison ferme pour « financement illégal » de sa campagne présidentielle de 2012 dans le cadre de l’affaire Bygmalion. Deux jours plus tard, il dédicaçait tranquillement des ­exemplaires de son livre Promenades (Herscher) à des fans transis, heureux de pouvoir exprimer leur soutien à leur champion. « Les gens ne sont dupes de rien », en conclut ce dernier. On n’aurait peut-être pas dit les choses ainsi, mais bon…

Cou franc

Ce jour-là, en terrain conquis, l’ancien président affichait un sourire décontracté et une barbe de vacancier. Autour de son cou, la cravate noire en grenadine de soie, une matière texturée originellement mise au point dans la région de Grenade, en Espagne, visible sur l’affiche déployée dans le magasin, brillait, elle, par son absence. Dans cette librairie du 16e arrondissement, personne n’aurait eu l’idée de condamner Nicolas Sarkozy pour sa négligence. Ou pour quoi que ce soit d’autre.

Montée en épingle

Bien présente au revers de la veste de Nicolas Sarkozy, la barrette de la légion d’honneur, elle, autorise un petit rappel amusé. En 2010, le président remit lui-même la décoration à un certain Franck Albert Nahmani. Plus connu sous le nom de Franck Namani, sans « h », celui-ci est le chantre revendiqué du cachemire et un expert de l’élégance masculine. Est-ce à ce titre qu’il fut décoré par Sarkozy ? Ou parce que, accessoirement, il réalisait les costumes du président ? Chacun, évidemment, jugera en conscience. Mais sans être « dupe de rien ».

Trench de pittoresque

Penchée vers son idole, sans doute occupée à lui adresser un mot de soutien ou d’affection, cette supportrice de Nicolas Sarkozy nous offre une vue plongeante sur son trench-coat, et, par là même, l’occasion d’un point couleur. Mieux que beige, kaki, blanc cassé ou crème, c’est bien le mot « mastic », nommé ainsi d’après la couleur du mastic du vitrier, mélange d’argile et d’huile de lin, qui désigne le plus justement la couleur historique des trench-coats. Sachez-le.

Mise en pli

Un dernier détail ? Derrière le président, une série de sacs à main s’affichent en vitrine. En haut et en majesté, on reconnaît notamment un modèle de chez Longchamp, de couleur beige. Celui-ci est la déclinaison cuir du sac Pliage, créé en 1993 et devenu, au fil du temps, un best-seller. En effet, la marque affirme avoir vendu plus de 30 millions d’exemplaires du modèle depuis sa création.