Nos conseils pour passer à la voiture électrique

Malgré l’impact négatif de la pandémie sur l’industrie automobile, les véhicules électriques ont fait un pas de géant dans de nombreux pays en 2020.

LA LISTE DE LA MATINALE

La révolution automobile est lancée. En moins de deux ans, les ventes de voitures électriques – qu’elles soient hybrides, hybrides rechargeables ou 100 % électriques – ont décollé. Sur les trois premiers trimestres de l’année, elles représentent le tiers des immatriculations de voitures particulières en France (8 % pour les seuls véhicules utilisant exclusivement un moteur électrique). Malgré la hausse des prix qu’elle engendre, cette électrification de l’automobile va continuer de faire sa pelote.

Le phénomène s’appuie sur plusieurs leviers : la perspective de voir baisser le coût des batteries, l’arrivée de marques généralistes mais aussi l’apparition de petits modèles urbains, plus accessibles. La forte pression réglementaire que font peser les pouvoirs publics à travers les normes européennes mais aussi l’exclusion programmée de l’espace urbain des modèles les plus polluants vont également exercer des effets d’entraînement. La généralisation des zones à faibles émissions aux agglomérations de plus de 150 000 habitants vient, par ailleurs, d’être inscrite dans la loi. Nous vous proposons notre sélection, selon vos moyens financiers et vos usages, parmi les nombreux modèles disponibles sur le marché.

  • Ce qu’il faut savoir avant d’acheter

Voici quelques conseils avant de se lancer dans l’achat d’une voiture électrique.

L’achat d’une voiture neuve 100 % électrique s’accompagne d’un bonus écologique maximal de 6 000 euros (dans la limite de 27 % du prix d’achat) pour les modèles dont le tarif ne dépasse pas 45 000 euros. Au-delà (et jusqu’à un prix de 60 000 euros), cet avantage est plafonné à 2 000 euros. L’acquisition d’un hybride rechargeable (ouvre droit à une prime de 1 000 euros à condition que son prix n’excède pas 50 000 euros). Récemment prolongé, ce mécanisme verra tous ses montants réduits de 1 000 euros à compter du 1er juillet 2022.

Avec l’énergie mobilisée pour la fabrication des batteries, un véhicule électrique ou hybride subit un handicap en matière de bilan carbone. A l’usage, ce différentiel va se résorber plus ou moins vite selon l’origine de l’électricité utilisée. Selon l’ONG Transport & Environnement, les émissions de CO2 d’une voiture électrique sur sa durée de vie représentent 90 g/km, contre 233 g/km pour un diesel et 253 g/km pour une essence. En France, le bilan environnemental d’une électrique serait meil­leur qu’une thermique dès 12 000 km parcourus, c’est-à-dire en moyenne au bout d’un an. En revanche, il faudra rouler au moins 100 000 km en Pologne, où dominent les centrales à charbon.

Il vous reste 77.14% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.