« Notre but est d’établir une garde-robe, pas un déluge de pièces inédites et jetables » : Hugues Fauchard et Rémi Bats, créateurs de mode

Par Valentin Pérez

Publié aujourd’hui à 09h30

Hugues Fauchard et Rémi Bats dans leur studio à Montaigu-Vendée, le 13 septembre.

A première vue, rien ne laisse présager que le visiteur s’approche du studio d’une marque de mode inscrite deux fois par an au calendrier de la fashion week masculine de Paris. Car le bureau de Rémi Bats, 36 ans, et Hugues Fauchard, 29 ans, le couple derrière le label Uniforme, est bien caché : il se trouve dans l’entreprise de maçonnerie du père du second, elle-même située dans la zone industrielle de Montaigu-Vendée, où se concentrent une concession automobile, un magasin d’ameublement, un vendeur de matériaux…

En octobre 2020, délaissant leur studio parisien du Marais – « rempli de vêtements de toutes parts » –, ils ont rapatrié ici outils et habitudes, mis de l’ordre et, surtout, ralenti le rythme. « Avant, le privé et le professionnel se confondaient sans cesse, on ne finissait jamais avant minuit, explique Hugues Fauchard. Maintenant, on débauche à 20 heures. » Le couple regagne alors, à deux pas du château du XVe siècle de la ville, la maison familiale des Fauchard, faite de pierres et de colombages, dotée d’un potager et d’un grand jardin. Ils en retapent en ce moment certaines pièces pour en faire leur appartement.

S’extraire de la frénésie du monde ? Leur dernière collection milite dans ce sens, avec un plaid en laine sur lequel s’affiche en lettres majuscules : « Slow down » (ralentir). Pensé pour la première fois loin de la capitale, ce cru automne-hiver 2021 conjugue des variations autour des uniformes (de scouts, d’aviateurs, de militaires…), des teintes naturelles, des coupes larges, des matières nobles, une fabrication la plus locale et écoresponsable possible.

Un tour de France des usines

« On a voulu pour cette saison travailler autour de l’uniforme des étudiants de l’Ivy League, l’élite universitaire américaine, explique Rémi Bats devant des images d’inspiration épinglées sur un mur. On s’est demandé quels changements cela produirait si les meilleurs éléments de Yale et de Columbia étudiaient la protection de l’environnement plutôt que le droit ou les maths ? »

Lire aussi Immigration, écologie, politique : quand la mode s’empare de l’actualité

La blouse d’étudiant mute en manteau immaculé ; les mailles bicolores sont amples ; les vestes possèdent des poches dorsales pour y glisser les fleurs ramassées pour un herbier ; les chemises et les hoodies comportent des sérigraphies de planches botaniques de l’Américain John Ernest Weaver (1884-1966). Côté fabrication, les tissus italiens, les lainages d’Angleterre, le loden autrichien, le lin français ou belge qu’ils sélectionnent avec soin sont travaillés par des façonniers avec lesquels ils ont pris le temps, depuis le lancement de la marque, en 2017, de nouer de solides relations.

Il vous reste 71.96% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.