« Nous appelons à un sursaut républicain face aux attaques contre les acteurs du monde hospitalier »

A l’intérieur de l’unité de soins intensifs de l’hôpital de Tours, où le personnel médical s’occupe des patients atteints du Covid-19, le 2 avril 2021.

Ces dernières semaines, ces derniers jours, plusieurs acteurs du monde hospitalier – directeurs, médecins, soignants, en outre-mer ou en métropole – ont été la cible d’attaques, de dégradations et de tentatives de violation de domicile, de menaces de mort, de manœuvre d’intimidation sous la forme d’insultes ou de propos appelant à la haine, très directement, sur les réseaux sociaux et dans la presse écrite.

Cette situation est le fait d’une minorité active. Pour autant, elle est intolérable et inquiétante. Elle appelle à la plus grande vigilance face à de possibles passages à l’acte. Nous affirmons notre pleine et entière solidarité avec nos collègues et appelons à un sursaut républicain le plus large possible pour faire cesser au plus vite ces agissements.

Lire la tribune : « On arrivera peut-être à vacciner une fraction des antivaccins, mais cela ne suffira pas à calmer la colère sourde des plus radicaux »

Dans cette pandémie, notre seul ennemi, c’est le virus. Notre seul objectif, partagé de tous, c’est sauver des vies, prévenir des maladies et des souffrances. La mobilisation des hôpitaux, sous le pilotage des directeurs généraux et de leurs équipes, des présidents de commission médicale d’établissement, des directeurs médicaux de crise, en lien étroit avec les doyens de santé, et les élus, présidents de conseil de surveillance des hôpitaux, nous permet d’entrevoir une issue à cette épidémie et d’espérer retrouver une vie normale.

Refus de la haine

Nous agissons dans un cadre légal, éthique, professionnel, humain. Depuis le début de cette crise, nous ne ménageons pas notre peine ni n’ignorons celle des patients et de leurs proches. Nous aspirons, comme l’ensemble de la population, à sortir au plus vite de cette crise et de cette succession de vagues épidémiques, pour pouvoir continuer à nous consacrer aux soins de tous.

Quand des acteurs hospitaliers sont attaqués parce qu’ils font leur métier, c’est la santé de chacun(e) qui est visée. Nous savons que l’immense majorité de la population et des communautés hospitalières partage les mêmes valeurs, le refus de la haine, de la violence et de l’intolérance, et est aussi choquée que nous par les comportements inacceptables de quelques individus.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Face au passe sanitaire obligatoire, nous ne partons pas tous égaux »

Nous appelons tous les élus et les responsables publics à se poser en protecteurs de l’hôpital, de tous ceux qui le servent et à contribuer au climat serein et respectueux qui doit, en toutes circonstances, marquer les lieux de soins que sont les hôpitaux. Nous invitons les gestionnaires de réseaux sociaux à empêcher la diffusion des propos haineux, diffamatoires et violents. Enfin, nous avons confiance dans les pouvoirs publics et la justice pour qu’ils prennent les mesures prévues par la loi contre les personnes responsables de ces attaques, et protègent les professionnels qui en sont victimes. Leurs plaintes doivent être instruites avec diligence, concourant ainsi au respect d’un cadre républicain qui est aujourd’hui clairement mis sous tension.

Il vous reste 29.41% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.