« Nous pouvons et nous devons donner un second souffle au multilatéralisme »

Tribune. En 2020, l’Organisation des nations unies (ONU) a mis en place une consultation mondiale qui a mobilisé la participation de plus d’un million de personnes dans 193 pays sur les moyens d’édifier un avenir meilleur. Leurs contributions ont mis en évidence un ensemble de priorités. Par ailleurs, l’Assemblée générale des Nations unies de 2021 se propose d’y répondre en renforçant le multilatéralisme fondé sur des règles communes.

La consultation a permis de constater que les attentes et les espoirs des femmes, des hommes, des filles et des garçons du monde entier sont étonnamment similaires. Les gens veulent bénéficier d’un meilleur accès aux soins de santé de base, à l’assainissement et à l’éducation. Ils veulent également voir davantage de solidarité vis-à-vis de ceux qui sont les plus touchés par la pandémie de Covid-19 et de ceux qui vivent dans la pauvreté.

La principale préoccupation à long terme des répondants est la double crise du changement climatique et l’accélération de la perte de biodiversité. Près de 90 % d’entre eux estiment que la coopération mondiale est essentielle pour faire face aux défis actuels. En outre, une majorité estime que la pandémie a rendu la coopération internationale encore plus urgente. Il est particulièrement encourageant de constater que les jeunes du monde entier appellent clairement à davantage de coopération internationale.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Bertrand Badie : « La mondialisation conduit à des jeux diplomatiques opportunistes »

La consultation de l’année 2020 a été une invitation à l’action. Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a publié le rapport Our Common Agenda qui fait suite à la Déclaration politique 75 de l’ONU adoptée par tous les chefs d’Etat et de gouvernement membres de l’ONU il y a un an. Ce nouvel ordre du jour définit un plan audacieux pour relever les défis actuels et à venir.

Monde interconnecté et interdépendant

La menace d’un effondrement doit être considérée comme une possibilité d’innovation. Pour cette raison nous nous engageons à renforcer le soutien de nos pays aux efforts du secrétaire général qui visent à donner corps à l’ambitieux programme de l’ONU.

La pandémie de Covid-19, contre laquelle nous continuons à lutter au niveau mondial, a fait passer le message suivant : nous vivons dans un monde interconnecté et interdépendant. En outre, ces derniers mois, nous avons vu un nombre record de personnes touchées par des vagues de chaleur, des inondations dévastatrices et certains des plus grands incendies de forêt de l’histoire récente, confirmant une fois de plus la menace sans précédent posée par le changement climatique.

Il vous reste 64.38% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.