Odyssée spéciale, adoption, Cruella… : notre sélection cinéma

LA LISTE DE LA MATINALE

Un adolescent dans sa capsule, un autre en bisbille avec son père, des enfants qui retissent leur histoire, les jeunes années de la méchante Cruella, des danseurs urbains à l’opéra… Pour cette première semaine de sorties sans couvre-feu, le public a l’embarras du choix pour retourner en salle.

  • A ne pas manquer

« Gagarine » : odyssée dans l’espace d’une banlieue

C’est la surprise de la semaine, et il faut découvrir de toute urgence l’univers parallèle et onirique de ce premier long-métrage : venus du documentaire, les réalisateurs Fanny Liatard et Jérémy Trouilh réussissent à filmer la cité Gagarine d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) tel un vaisseau spatial où les rêves se forment en apesanteur.

Le réel a inspiré cette fiction dont les fils semblent tirés par le vieil ascenseur : confrontés, en 2019, à la démolition imminente de la muraille de brique – laquelle fut inaugurée en 1963 par le cosmonaute russe Youri Gagarine (1934-1968) –, les auteurs ont tissé un récit envoûtant autour d’un adolescent romanesque et résistant, Youri (Alséni Bathily), et d’une jeune fille fière d’habiter sa caravane (Lyna Khoudri).

Youri, 16 ans, ainsi prénommé en hommage à la cité qui l’a vu naître, aimerait « décoller » et devenir cosmonaute, mais il est aussi viscéralement attaché à la vie communautaire de « Gagarine », dont il est un pilier. L’immense barre, tel le ventre de la baleine, est aussi un cocon lui rappelant sa mère désormais lointaine.

Tandis que les coups de pelleteuses se font plus pressants, le jeune homme se bricole son « espace » grâce à un art consommé de la récup. Gagarine a la beauté des premiers films qui s’autorisent les audaces, les collages d’images, les fulgurances qui font se rencontrer des mondes distants : une tour s’écroule, une fusée décolle, les détonations se fondent et se mêlent. La grâce de la mise en scène tient aussi aux mouvements de la caméra, qui tel un fantôme guide les pas de Youri… Sur la lune ou sur le sommet du toit. Clarisse Fabre

« Gagarine », film français de Fanny Liatard et Jérémy Trouilh. Avec Alséni Bathily, Lyna Khoudri, Jamil McCraven, Finnegan Oldfield (1 h 38).

« Une histoire à soi » : l’adoption, un chemin à refaire à l’envers

Tous les cinq ont été adoptés et sont nés loin de la France où ils ont grandi. Justine, Mathieu, Anne-Charlotte, Nicolas, Céline ont en commun cette histoire d’abandon et de déracinement.

Il vous reste 83.13% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.