OVHcloud enclenche son processus d’entrée en Bourse

Emmanuel Macron, à l’époque ministre de l’économie, inaugure un site d’OCVHcloud à Roubaix avec Octave Klaba, PDG de l’entreprise, et Xavier Bertrand, président du conseil régional des Hauts-de-France, le 15 février 2016.

OVHcloud, le champion français du cloud (informatique dématérialisée), qui avait fait état en début d’année de sa volonté d’entrer en Bourse, a franchi le pas. Lundi 20 septembre, l’entreprise roubaisienne a annoncé l’approbation de son document d’enregistrement, qui doit le conduire à faire son entrée sur la place d’Euronext Paris d’ici à la fin de l’année au plus tard.

L’opération doit lui permettre, par une émission d’actions nouvelles, de réaliser une augmentation de capital allant jusqu’à 400 millions d’euros. Le nombre d’actions créées n’est pas encore connu, ce qui empêche de connaître la valorisation de la société. Les actionnaires actuels de l’entreprise vont également mettre sur le marché une partie de leurs titres. Au terme de l’opération, Octave Klaba, le fondateur d’OVH, et sa famille, qui détiennent à ce jour 80 % du capital, devraient rester largement majoritaires.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Cloud : la France veut s’affranchir des Gafam

OVH cultive décidément sa singularité. Contrairement à la très grande majorité des start-up françaises qui se financent en recourant à des fonds privés, la société créée en 1999 par Octave Klaba n’y a, elle, eu recours qu’une seule fois, avec une levée de fonds de 250 millions d’euros en 2016. A présent, elle devient l’une des très rares licornes françaises (les start-up valorisées à plus d’un milliard de dollars) à tenter le pari risqué de la Bourse en France.

Développer les services

Récemment, Believe a fait ce choix avec un succès mitigé. Après une dégringolade inquiétante, le cours de l’action se situe désormais un peu au-dessus de son cours d’introduction. Un choix qu’assume cependant Michel Paulin, le directeur général de la société, pour qui cette option était la meilleure « pour accélérer la croissance de l’entreprise ». L’objectif est de porter celle-ci à 25 % d’ici à 2025, contre 20 % en moyenne ces dernières années.

OVHcloud compte 1,6 million de clients dans plus de 140 pays et a réalisé, en 2020, 632 millions d’euros de chiffres d’affaires

Afin d’y parvenir, l’entreprise souhaite développer la gamme des services, alors qu’historiquement elle a construit son succès sur le marché des infrastructures, étendre ses activités en dehors de l’Europe, où elle réalise 80 % de son chiffre d’affaires, et aller chercher plus de grands comptes entreprise. Même si elle veut privilégier la croissance organique, la société laisse ouverte la porte à des acquisitions pour se développer plus rapidement.

Face aux géants américains du secteur que sont Amazon, Microsoft et Google, OVHcloud s’est imposé comme le seul grand acteur européen. Il compte 1,6 million de clients dans plus de 140 pays et a réalisé, en 2020, 632 millions d’euros de chiffres d’affaires. Alors que la souveraineté des données est une préoccupation grandissante pour les utilisateurs, le Roubaisien estime jouir d’une « position unique » en tant qu’acteur français, explique M. Paulin.

Lire aussi Cloud : alliance inédite entre l’américain Google et le français OVH

L’initiative d’OVH aurait pu être compromise par l’incendie qui a détruit une partie de ses installations à Strasbourg au mois de mars, entraînant une mauvaise publicité autour de la société. Michel Paulin veut croire que l’épisode ne devrait pas le handicaper lors de son introduction en Bourse.