Paroles de lecteurs – Pour un équilibre entre bonnes et mauvaises nouvelles

Étant fidèle lectrice de votre journal depuis de longues années, avec ou sans abonnement (je prolonge le choix de mes parents qui vous lisaient quotidiennement), je me permets de vous faire une requête : que les titres en première page soient « cinquante-cinquante ».

Je m’explique : cinquante pour cent de nouvelles importantes, graves, malheureuses, inquiétantes. Le malheur, la malhonnêteté doivent être dits et dénoncés. Aujourd’hui, c’est 99%, le 1% restant étant prix Nobel, littéraire ou médaille olympique !

Et cinquante pour cent pour celles graves, importantes ET porteuses d’espoir ou souriantes, simplement. Celles-ci méritent d’être dites et clamées. Le plaisir d’apprendre, par un titre prometteur, le développement dans les pages intérieures d’une belle découverte, d’une belle réussite, d’un beau geste, d’une chance… est aussi vif que la tristesse générée par ces lourdes et attristantes nouvelles promises en première page.

Car l’espoir donne envie de vivre. Vous le savez bien. Je vous remercie sincèrement pour ces grands articles enrichissants, cette belle écriture des journalistes, cette fidélité à votre style. Je garde espoir que ma requête sera un peu écoutée.

Marie-Aimée Navarro, Paris

Le Monde