Philatélie et numismatique : deux enchères millionnaires records

La vente aux enchères Weitzman dispersée par Sotheby’s à New York a tenu – presque – toutes ses promesses, avec deux records mondiaux.

Avers du « Double Eagle », plus de 15 millions d’euros le 8 juin.

La pièce de monnaie américaine « Double Eagle » américaine en or, de 1933, a atteint 18 872 250 dollars (15,520 millions d’euros) pour une estimation comprise entre 10 et 15 millions de dollars, devenant la pièce la plus chère du monde.

Revers du « Double Eagle » de 1933, plus de 15 millions d’euros aux enchères le 8 juin.

Cette monnaie affichant une valeur de 20 dollars – représentant l’image d’une femme d’un côté, un aigle en vol de l’autre – n’avait pas été émise à l’époque, à la suite de la fin de la convertibilité de la monnaie américaine en or, quelques exemplaires échappant frauduleusement à la refonte avant de se retrouver sur le marché.

Lire aussi Enchères record en vue pour des timbres des Etats-Unis et de la Guyane britannique

Le vendeur, le chausseur Stuart Weitzman, l’avait acheté 7,9 millions de dollars en 2002.

« Jenny Inverted », adjugé 4 millions d’euros le 8 juin.

Deuxième record de la vente, pour le bloc de quatre timbres américains de poste aérienne de 1918, le « Jenny inverted » (« Jenny renversé »), représentant un biplan Curtiss Jenny JN-4, timbre dont le centre a été imprimé à l’envers par erreur.

Prix atteint par le bloc de quatre unités mis en vente le 8 juin : 4,86 millions de dollars, alors que des blocs similaires avaient décroché 1,74 million de dollars en 2019 et 2,970 millions de dollars en 2005, tandis qu’un timbre à l’unité enregistrait, en 2007, 977 500 dollars chez Sieger. Ce qui fait cher l’erreur !

1 cent magenta de Guyane britannique (1856), 6,83 millions d’euros, chez Sotheby’s, le 8 juin, ce qui reste le timbre le plus cher du monde.

La seule – relative – déception provient du timbre de Guyane britannique de 1856 (« British Guiana One-Cent Magenta »), estimé entre 10 et 15 millions de dollars, qui n’a atteint « que » 8,307 millions de dollars, alors qu’une précédente transaction, en 2014, chez Sotheby’s, lui avait permis de devenir le timbre le plus cher du monde (qu’il reste cependant), avec 9,4 millions de dollars.

Ces résultats témoignent sinon d’une bonne santé de la philatélie du moins des réalités de la spéculation…