Plan France 2030 : une première tranche de 4 milliards dans le budget 2022

C’est la première concrétisation du plan d’investissement France 2030 annoncé en grande pompe, le 12 octobre, par Emmanuel Macron. Selon les informations du Monde, l’amendement au projet de loi de finances (PLF) 2022, que doit déposer, mardi 2 novembre, le gouvernement afin d’inscrire législativement l’existence de ce plan, prévoit pour l’an prochain une enveloppe de 4 milliards d’euros (dont 700 millions d’euros de fonds propres pour les entreprises).

Lire aussi Article réservé à nos abonnés France 2030 : Emmanuel Macron dégage 30 milliards d’euros pour son plan d’investissement

Ce sera la première tranche pour ce nouvel opus de la politique économique du chef de l’Etat, clairement orienté vers les entreprises et destiné à projeter l’économie française vers la fin de la décennie. Son ambition : « mieux comprendre, mieux vivre, mieux produire », selon les mots du locataire de l’Elysée. L’amendement prévoit aussi 34 milliards d’euros d’autorisations d’engagement, qui correspondent aux montants indiqués mi-octobre par M. Macron. Ce dernier avait évoqué 30 milliards d’euros investis, sur cinq ans, dans une dizaine d’« objets du quotidien », complétés par quatre milliards d’euros investis en fonds propres, à travers des prises de participation au capital d’entreprises en croissance.

Une gouvernance à déterminer

Parmi les multiples chantiers que doit couvrir ce plan, l’énergie et la décarbonation (nucléaire, hydrogène, électrification de l’industrie), les transports (batteries, avion bas carbone), le développement d’une « alimentation saine, durable et traçable », les biomédicaments et dispositifs médicaux ou encore la culture, le spatial et l’exploration des fonds marins ainsi que l’accès aux matières premières stratégiques. Mais aucun élément écrit officiel, ni même un dossier de presse, n’était jusqu’ici disponible pour traduire concrètement cet inventaire à la Prévert.

Lire la tribune : Article réservé à nos abonnés France 2030 : « Une large coupure subsiste entre économie et écologie »

Le plan France 2030 sera inséré dans la mission « investissements d’avenir » du PLF, aujourd’hui sous la responsabilité du secrétaire général à l’investissement, Guillaume Boudy. Une manière de placer le plan dans la lignée de ses prédécesseurs ? Mi-octobre, Emmanuel Macron avait précisé qu’un chantier demeurait ouvert : la gouvernance de France 2030, encore à déterminer d’ici début 2022. Pilotage public ou privé ? Autonome ou sous la tutelle de l’administration ? L’ambition est « de faire émerger plus vite un certain nombre d’acteurs, mais aussi d’accepter la prise de risque et une part inhérente d’échec », expliquait alors l’Elysée, assurant souhaiter « faire travailler mieux ensemble » les laboratoires publics, les grands groupes privés et les jeunes pousses.