« Plumard », sur BrutX : Chloé Delaume déplace le canapé noir dans un cabinet de curiosités

L’écrivaine Chloé Delaume, en septembre 2016.

BRUTX – À LA DEMANDE – ÉMISSION

Déjà avec « 21 cm », sur Canal+, Augustin Trapenard, funambule aux deux millions d’auditeurs sur France Inter avec son « Boomerang », a révolutionné la façon dont il est possible de parler de littérature à la télévision. Laissant le temps à ses invités de s’exprimer, il n’oublie pas de réserver quelques surprises permettant aux premiers de s’émouvoir et aux téléspectateurs de se réjouir d’être ainsi distraitement instruits.

Avec un Canal+ de plus en plus coloré Bolloré, le beau quadragénaire, ayant plus d’un tour dans son sac et ses réseaux, a accepté la proposition du producteur et réalisateur Renaud Le Van Kim de l’accueillir sur la plate-forme de Brut : « Plumard » est né.

Lire aussi « Plumard » sur la plate-forme BrutX : Augustin Trapenard reçoit à l’air libre sur son canapé magique

Sur un canapé noir et magique, Augustin reçoit. Après Florence Aubenas, c’est au tour de Chloé Delaume de se prêter au jeu. Et autant le dire d’emblée, jouissif cela fut. « Vous n’imaginez pas à quel point, a confié a posteriori l’autrice du Cœur synthétique (Seuil, 2020). C’est un peu comme si Pivot version grande époque bossait avec Maritie et Gilbert Carpentier et la postprod des X-men ! »

Acte I, scène 1, le lieu il fallut trouver pour poser le canapé. Abracadabra, nous voici chez Deyrolle, Paris, 7e. D’une voix douce et calme, Chloé Delaume, toute de noire vêtue et peau blanche de mise, explique ce choix : « Ce qui me plaît dans les cabinets de curiosité, c’est le memento mori, “souviens-toi que tu vas mourir”. » D’ailleurs, pendant très longtemps, elle a utilisé les morts de sa famille pour commettre ses livres.

Pouvoir des mots

C’est que la mort très tôt a frappé la demoiselle : « En fin d’après-midi, le père, dans la cuisine, tira à bout portant. La mère tomba première. Le père visa l’enfant. Le père se ravisa, posa genoux à terre et enfouit le canon tout au fond de sa gorge. Sur sa joue gauche, l’enfant reçut fragment cervelle » (Le Cri du sablier, Léo Scheer/Farrago, 2001). Aujourd’hui, elle dit : « L’injonction à faire le deuil est un mythe. Tous les 30 juin, à 19 heures, la douleur est intacte. Mais je peux mettre ma cape de super-résiliente et mes bottes dorées. Et puis, en littérature, on travaille sur la violence, sur ce qui est de l’ordre de l’innommable. »

Écouter aussi Article réservé à nos abonnés Chloé Delaume : « La lutte féministe est la seule chose qui fait que je suis bien dans mon époque »

Sur le pouvoir des mots, aucun doute jamais elle n’a eu. Ainsi, elle entend bien « se battre » pour que le mot « misandrie » ne soit pas cantonné dans le dictionnaire à n’être que le contraire de misogynie « parce que la culture du viol, la phallocentrie, la domination… Et ça, le dictionnaire doit en porter les stigmates ».

D’ailleurs, depuis quelques années elle écrit pour ses copines – Lydie Salvayre, Juliette Armanet, Jeanne Cherhal – et pour les femmes. Et elle a beau avoir troqué la magie noire pour sorcière blanche advenir, Chloé Delaume nous offre ici quelques incantations et beaucoup de poésie avec la complicité d’un magique Augustin Trapenard, lequel, avec beaucoup d’élégance et pour la finale surprise, à petits pas s’est retiré.

Plumard, d’Augustin Trapenard, (Fr., 2021, 28 min). Disponible sur BrutX, applications mobiles et TV (box Orange et Free, Apple TV, Android TV, Chromecast et AirPlay).