« Poumon vert et tapis rouge » : le combat d’un cinéaste pour produire un thriller écologique

Le réalisateur Luc Marescot.

L’AVIS DU « MONDE » – POURQUOI PAS

Cameraman et réalisateur, Luc Marescot a sillonné la planète aux côtés de l’ex-animateur et producteur de télévision, ex-ministre de l’écologie Nicolas Hulot, du volcanologue Haroun Tazieff (1914-1998)… Dans son documentaire Poumon vert et tapis rouge, l’aventurier nous raconte ses péripéties de cinéaste tentant désespérément de produire un thriller sur la forêt tropicale, en hommage aux travaux du botaniste et biologiste Francis Hallé, qui a fait de la préservation de celle-ci un combat. Une bonne cause, c’est indéniable.

Luc Marescot s’envole pour Los Angeles, pour Berlin, à la recherche de scénaristes, de stars qui seraient susceptibles de tenir l’affiche – Leonardo DiCaprio, Juliette Binoche ? – et de producteurs aux reins suffisamment solides pour absorber un budget digne d’un blockbuster.

Luc Marescot n’est pas dupe, il sait que le bilan carbone de ses multiples tentatives est déjà en soi une aberration. Ajoutons que le réalisateur se met en scène – il est de tous les plans – dans sa quête effrénée, ce qui finit par susciter une forte perplexité. Cela ne préjuge pas de la qualité du film qu’il réussira peut-être à réaliser – on le lui souhaite – sur sa forêt bien-aimée.

Documentaire français de Luc Marescot (1 h 35).