« Pour être l’écologie du XXIe siècle, le socialisme doit opérer une mutation »

Le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, et l’eurodéputé écologiste Yannick Jadot, à Nantes, le 24 juin 2021.

Forts de leurs résultats aux dernières élections municipales, départementales et régionales, les socialistes rêvent de redevenir la force centrale d’une grande alliance majoritaire « de la gauche et des écologistes ».

Ainsi, le Parti socialiste (PS) a-t-il opéré sa conversion à la « social-écologie ». S’il continue, dans son projet, de revendiquer le « primat de l’humanisme et de la justice sociale », c’est pour affirmer « la nécessité de donner une actualité à ces combats en intégrant pleinement le paradigme écologique pour construire le socialisme du XXIe siècle ».

Au-delà des mots, le socialisme est-il en mesure de véritablement « intégrer » le paradigme écologique ? Avant d’être politique ou technique, la question est philosophique. Et si elle mérite d’être posée, c’est que le socialisme et l’écologie politique, nés dans des contextes radicalement différents, reposent sur des hypothèses fondamentalement divergentes.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Olivier Faure : « Il n’y a pas d’écologie possible sans justice sociale »

On peut caractériser l’écologie politique par quelques traits qui en forment la matrice intellectuelle et sont autant de critiques adressées à l’ordre contemporain. L’écologie politique s’inscrit d’abord en faux contre l’anthropocentrisme qui fait de l’homme le maître et possesseur d’une nature conçue comme une « ressource » utile. Elle récuse le modèle productiviste engendré par un capitalisme prédateur à l’origine des désastres écologiques actuels, et dénonce l’autonomie de la technique moderne qui, par un processus auto-entretenu, expose l’humanité au risque de sa propre destruction.

Elle exige ainsi de repenser la responsabilité de l’homme envers la nature et les générations futures. A l’individualisme possessif de la société libérale, elle oppose une pensée de la globalité, dans laquelle les fins de l’individu n’ont de signification morale qu’indexées au bien du « tout » : espèce, communauté, société, humanité. Enfin, l’écologie politique attribue à la verticalité des structures institutionnelles la confiscation de la décision publique au détriment des citoyens.

Participation citoyenne

Le socialisme, dont les origines intellectuelles puisent à l’héritage des Lumières, tombe sous le coup de ces critiques. Au prisme de l’écologie politique, la vision socialiste des rapports de l’homme à la nature ne le distingue guère de l’idéologie libérale.

Comme le libéralisme, le socialisme a toujours lié l’idéal d’autonomie à celui de l’abondance matérielle. Jamais il n’a séparé cet idéal de l’espérance dans le progrès scientifique et technique, la production de richesses et l’attachement à la propriété. L’humanisme, qui constitue l’ADN du socialisme, exclut de reconnaître des droits à des entités non humaines. Si la nature doit être préservée, ce n’est pas en raison de sa valeur intrinsèque, mais de celle que l’homme lui attribue. Enfin, si les socialistes entendent rééquilibrer les pouvoirs de l’Etat, c’est davantage dans le cadre d’une démocratie représentative décentralisée que dans celui d’une démocratie directe dont ils se sont toujours méfiés.

Il vous reste 34.52% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.