« Pour l’Europe, la taxe carbone aux frontières devrait permettre de réduire de moitié les délocalisations »

Cécilia Bellora, économiste au Centre d’études prospectives et d’informations internationales (Cépii), chargée du programme scientifique « politiques commerciales », revient sur la mécanique de la taxe carbone aux frontières.

Concrètement, comment sera calculée une taxe carbone aux frontières ?

Pour avoir des ordres de grandeur, prenons un exemple : les trois premiers pays producteurs d’acier au monde émettent environ 2 tonnes de CO2 pour produire une tonne d’acier. A terme, l’ajustement carbone pourrait imposer aux importateurs d’acheter 2 quotas carbone pour chaque tonne d’acier importée, soit 120 euros environ au prix d’aujourd’hui, mais certainement plus dans quelques années. Ces 120 euros correspondent à environ 10 % du prix de la tonne d’acier. Le nombre de quotas à acheter sera en réalité ajusté aux émissions réelles de chaque lieu de production.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés En Europe, l’opération survie de l’industrie lourde

Quelles en seront les conséquences ?

Si l’ajustement aux frontières entrait en vigueur dès 2026, il faudrait s’attendre à ce que les industriels européens achètent moins de matières et de produits à l’étranger. D’après nos modèles, si les entreprises ne bénéficiaient pas d’allocations de quotas de CO2 gratuits, leurs importations pourraient baisser de l’ordre de 8 % en moyenne d’ici à 2040, et de 16 % dans la métallurgie. Nous devrions également assister à des hausses de prix, et pas seulement dans les secteurs de l’acier, de l’aluminium, du ciment, des engrais et de l’électricité. A l’aval, un constructeur automobile paiera ses intrants plus cher et devra faire face à la concurrence de véhicules venus de pays où l’on ne paie pas de taxe carbone.

Ce mécanisme peut-il être efficient en termes de décarbonation de l’Europe ?

Selon notre simulation, il devrait permettre de réduire de moitié les fuites de carbone ou les délocalisations d’activités à l’horizon 2040. Cet instrument aura donc un rôle-clé à jouer en matière d’acceptabilité des entreprises face à la hausse des prix des quotas de carbone. Il n’est cependant pas une fin en soi et ne suffira pas à lui seul à faire reculer les émissions globales. Comme les émissions européennes représentent moins de 10 % des émissions mondiales, son impact à la baisse ne devrait être que de 0,9 % sur les rejets mondiaux à l’horizon 2040.

Est-ce à dire que c’est avant tout un outil de diplomatie climatique ?

Oui, exactement. Ce mécanisme doit être un moyen d’amener nos partenaires commerciaux, notamment la Chine et les Etats-Unis, à la table des négociations en vue de les inciter à mettre en place une politique climatique plus ambitieuse. C’est, entre autres, une manière de leur dire : « Si vous n’avez pas de taxe carbone, vous allez payer la nôtre, alors instaurez-la chez vous aussi ! »

Il vous reste 23.63% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.