Pourquoi les « tiny houses » rencontrent-elles un tel succès ?

La « tiny house » de Cahute.

Même si elles ont leur fan-club depuis quelques années, les confinements successifs ont renforcé l’attirance pour la cabane, la tiny house, la cahute… Qu’elles soient fixes ou mobiles, ces micro-­architectures se vendent comme des petits pains, y compris sur Leboncoin. « Je ne peux plus répondre qu’à une commande sur quinze », confirme Thomas Longhi, concepteur de la Cahute, une tiny house de moins de 10 mètres carrés semblable à une cabane nord-américaine. Ses derniers clients ? Des retraités souhaitant s’évader où bon leur semble, en emmenant sur les routes leur habitation autonome en énergie et suffisamment légère.

Terminé le cliché du bobo trentenaire parisien en mal de verdure, la micro-
maison a trouvé de nouveaux adeptes. « Nous recevons des clients de tous les âges dans nos tiny houses », confirme Géraldine Boyer, fondatrice de Parcel, qui loue des cabanes écoresponsables (et sans Wi-Fi !) ­installées au cœur d’un vignoble de Champagne ou d’une ferme en Bretagne. La jeune société, qui exploite cinq tiny houses actuellement, prévoit d’en ouvrir une ­quarantaine à l’été 2022.

Le Goût de M

Dès l’après-guerre, des architectes comme Le Corbusier, avec son cabanon méditerranéen, ou Jean Prouvé, avec ses maisons démontables, ont démontré l’intérêt de l’­architecture modulaire, petites ­surfaces fabriquées en série selon un modèle unique. Mais il aura fallu plusieurs crises économiques, une prise en compte grandissante des effets du réchauffement ­climatique et une pandémie pour que cet idéal architectural devienne presque vital pour certains. Les principales attentes des acheteurs : du design, du modulable et de l’écoresponsabilité.

L’intérieur d’une « tiny house » Parcel.

Autant de qualités que l’on retrouve dans les 17 mètres carrés ­habitables des cabanes Mini Blok de Novablok, entre ­élégance des lignes et matériaux ­naturels. Fondée en 2017, la société s’apprête à sortir une nouvelle gamme de tiny houses, mobiles cette fois, en réponse à « l’explosion des modes de vie plus nomades, entre ­télétravail et besoin impérieux de nature », explique Anseau Delassalle, cofondateur de Novablok. Pour Thomas Longhi, la réussite des micromaisons implique de continuer à « ne faire aucune concession sur les matériaux utilisés locaux et naturels ». Un extrémisme du made in France qui enchante leurs futurs propriétaires, d’autant que le ticket d’entrée est compris entre 30 000 et 60 000 euros. « C’est un petit objet qui demande un investissement financier raisonnable. Cela fait moins peur », ajoute le créateur des Cahutes.

Instagram : @tinytimberhouse, un couple américain qui vit dans une tiny house depuis plusieurs années et qui documente cette expérience de vie.

@tinyhomes : une veille ­pertinente pour tout savoir des tendances et des idées les plus originales dans le domaine des tiny houses.

@cabinporn : le site du fondateur de Vimeo, Zach Klein, passionné de cabanes. Il en a fait un site puis un best-seller traduit en français (Cabin porn, EPA éd.).

@livingbiginatinyhouse : le compte d’un Australien qui s’est lancé dans un tour du monde des tiny houses.

@dwell : le compte du magazine en ligne Dwell, très actif sur le sujet.