Pourquoi prendre les nouveaux trains de nuit est-il une bonne idée ?

Vue de nuit à bord d’un train Midnight Trains.

Autrefois, les trains de nuit desservaient bien des villes françaises, poussant même au-delà des frontières. On se couchait à Paris et on se réveillait à Hendaye, Bourg-Saint-Maurice, Juan-les-Pins ou Venise, sans perdre une journée de vacances dans les transports.

Petit à petit, avec le développement du TGV, les couchettes, et leurs fameux draps de sac et couvertures SNCF, ainsi que les romantiques wagons-lits ont disparu. En 2020, il ne restait que deux lignes : le Paris-Briançon, et le Paris/Latour-de-Carol/Cerbère/Albi, vers le Tarn, la Cerdagne ou la Côte Vermeille.

Mais grâce à un impact carbone inférieur à l’avion ou à la voiture, le train de nuit opère un retour en force. En France, le Paris-Nice a repris du service, pour voir apparaître la Méditerranée au réveil… ou la grisaille ­francilienne, c’est selon. En décembre, le Paris-Tarbes-Lourdes et le Paris-Vienne (en partenariat avec les chemins de fer autrichiens) accueilleront leurs premiers voyageurs dans leur version rénovée. On s’y assoupira au rythme du mythique « tatac, tatoum », dans des voitures mieux climatisées et insonorisées. Bouteilles d’eau, mouchoirs, lingettes et bouchons d’oreilles sont offerts.

Vers l’Autriche, via Munich et Salzbourg, on peut même jouir d’une cabine privative avec douche. Ailleurs en Europe, on opte aussi pour la position allongée : le Caledonian Sleeper relie Londres à l’Ecosse, le Chopin va de Prague à Varsovie, le Snälltåget traverse la mer Baltique pour rejoindre Berlin depuis Stockholm via Copenhague…

Le Goût de M

Voici même une proposition de luxe : la compagnie Midnight Trains proposera bientôt ses « hôtels sur rails » au départ de Paris et à destination de Madrid, Porto, Rome, Hambourg, avec bar élégant, literie haut de gamme, films à la demande. Il n’y a plus qu’à mettre dans sa playlist Train de nuit, la ballade de Malik Djoudi, et d’enfiler ses écouteurs.

En France, places en couchettes dès 29 €. Vers Vienne, couchettes à partir de 59,90 €. oui.sncf.com

Caledonian sleeper, à partir de 120 €. sleeper.scot

Chopin, à partir de 40 €. cd.cz SnällTåget à partir de 75 €. snalltaget.se. ou midnight-trains.com

Trains de nuit, 30 trajets inoubliables en Europe, de Thibault Constant, Gallimard, 320 p., 25 €.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés « L’Europe du rail est une chance à saisir pour une transition écologique et créatrice d’emplois »