Précampagne de la présidentielle 2022 : les tripes au détriment de la raison

Editorial du « Monde ». La campagne présidentielle n’a pas encore démarré mais la présélection des candidats qui s’opère en ce moment sous nos yeux n’incite guère à l’optimisme. Des sujets, certes importants, comme la sécurité ou l’immigration sont survalorisés dans le but de faire peur ; d’autres, essentiels, comme l’avenir de l’hôpital public et de la recherche française ou la soutenabilité de la dette publique, sont passés à la trappe comme s’ils n’existaient pas.

Des propositions-chocs émergent un jour pour être supplantées, le lendemain, par d’autres plus transgressives encore. Les milliards d’euros valsent sans que les projets s’éclaircissent. Le citoyen est pris aux tripes plutôt qu’à la raison dans un contexte de défiance politique qui laisse la porte ouverte à toutes les aventures.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés La précampagne de l’élection présidentielle 2022, un automne de bruit et de polémiques

L’affadissement du débat public n’est, certes, pas un phénomène nouveau mais il prend un relief particulier dans l’épreuve collective que traverse le pays. Par son ampleur et sa durée, la crise sanitaire née de l’épidémie de Covid-19 est un moment de vérité pour le modèle français. Elle met à nu ses faiblesses, au premier rang desquelles figure la désindustrialisation opérée ces trente dernières années. Elle révèle aussi sa force à travers la mobilisation massive et finalement efficace de l’Etat-providence. Elle remet en cause des dogmes, à commencer par la règle des 3 % de déficit public. Elle entraîne des changements profonds dans la société française dans la hiérarchie des besoins et des aspirations.

Absence de diagnostic partagé

Avec le développement du télétravail, un nouveau partage s’opère entre l’entreprise et la sphère privée, la mobilité s’intensifie, un nouvel aménagement du territoire s’esquisse. Si tout se passait rationnellement, la campagne présidentielle serait le moment idéal pour impliquer l’électeur dans le réajustement d’un modèle qui se trouve par ailleurs percuté par l’intensification de la crise climatique. Or, il n’en est rien.

L’absence de diagnostic partagé autour de ce que le pays vient de traverser frappe comme une béance démocratique. Elle ne s’explique pas par la faiblesse de l’expertise. Presque quotidiennement, le Haut-Commissariat au Plan et la Cour des comptes fournissent des notes autour des grands enjeux – souveraineté économique, démographie, dette, éducation, formation –, renforçant encore le sentiment que la partie est aux mains des sachants.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Les macronistes à l’affût des mouvements de la société française

La lacune principale provient de la faiblesse des partis qui, plutôt que de prendre toute leur part au débat, luttent pour leur survie. C’est particulièrement vrai pour LR et le PS, qui ont dominé pendant des décennies la vie politique française et se trouvent aujourd’hui en position de grande faiblesse.

Unité nationale introuvable

Au début de la crise sanitaire, pour tenter d’en esquisser l’issue, Emmanuel Macron avait invoqué l’esprit du Conseil national de la résistance. Durant plusieurs mois, des partis et des syndicats aux idéologies opposées, mais unis contre le régime de Vichy, avaient travaillé pour accoucher, le 15 mars 1944, des quelques grandes réformes qui allaient marquer l’après-guerre, la création du régime général de la Sécurité sociale notamment.

Très vite, en 2020, il est apparu que le pays ne serait pas en mesure de rééditer l’aventure, non seulement parce que l’unité nationale était introuvable mais parce que les représentations politique et syndicale étaient devenues trop faibles. De cette désagrégation résulte une bonne partie des maux aujourd’hui constatés : la survalorisation de l’homme providentiel et le poids croissant des émotions dans le débat public, deux caractéristiques de l’affaissement de notre vie démocratique.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Election présidentielle 2022 : les chaînes d’info en continu face à la parole décomplexée

Le Monde