Premiers pas en Bourse : comment acheter ou vendre une action ?

Certains ordres de Bourse sophistiqués sont difficiles à mettre en œuvre pour des investisseurs peu avertis. En cas d’hésitation, faites-vous conseiller par votre intermédiaire.

Pour acheter des actions comme pour les vendre, vous devrez passer un « ordre de Bourse » auprès de l’établissement financier que vous avez retenu. Pour éviter les déconvenues, mieux vaut maîtriser les subtilités de cette opération…

Quel que soit le type d’ordre, il vous faudra toujours fournir ces informations : le sens de l’opération (achat ou vente), le nom de la valeur à acquérir ou à céder, son code d’identification ISIN (douze lettres et chiffres) ou, plus simple, son code mnémonique (quelques caractères faisant immédiatement penser au nom de l’entreprise, par exemple FDJ pour La Française des jeux), la nature du titre (action, obligation, etc.), la quantité de titres à acheter ou à vendre, le mode de règlement (au comptant ou en paiement différé).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Ces erreurs de débutant qui peuvent coûter cher en Bourse

Il faut aussi indiquer la durée de validité de l’ordre : ce peut être un jour seulement, ou plusieurs semaines au cas où il ne pourrait pas être exécuté immédiatement. Tant qu’il ne l’est pas, un ordre peut être annulé.

Limiter, ou non, le prix

Deuxième étape, choisir son type d’ordre. Attention, leurs noms varient parfois d’un intermédiaire à l’autre… Les néophytes utiliseront surtout les plus simples, à commencer par l’ordre au marché. Il permet d’acheter ou de vendre sans condition, donc sans limite de prix. Il s’agit d’un ordre prioritaire, qui sera exécuté parmi les premiers. C’est celui que recommandent les professionnels de la gestion, car il offre le plus de chances d’être effectivement exécuté, qui plus est en totalité.

Mais prudence, l’investisseur n’a dans ce cas de figure aucune maîtrise du prix qu’il paiera. Si la valeur d’une action a fortement progressé entre le jour de passage de l’ordre et sa réalisation, il peut conduire à acheter une action à un prix bien plus élevé que celui ayant servi de base à la prise de décision.

Lire aussi Bourse : est-il devenu trop risqué d’investir en Chine ?

L’ordre à cours limité est le dispositif le plus rassurant pour les investisseurs non avertis, car il écarte toute mauvaise surprise. En effet, vous pourrez indiquer le prix maximal auquel vous souhaitez acheter une action. Ou le prix minimal de vente en cas de cession. Et vous aurez la certitude de ne pas la payer à un prix supérieur à ce montant, ou de ne pas la vendre à un prix inférieur.

Revers de la médaille : cet ordre peut n’être exécuté que partiellement, si l’intermédiaire en Bourse ne trouve pas sur le marché une offre pour la totalité des titres demandés.

Eviter les mauvaises surprises

Avec l’ordre à seuil de déclenchement, vous pourrez indiquer un niveau de cours à partir duquel vous souhaitez acheter, ou vendre, une action. Ce type d’ordre n’offre aucune garantie sur le prix auquel vous achèterez ou vendrez vos actions – une fois le seuil en question atteint, l’ordre à seuil de déclenchement devient un ordre au marché classique. Mais il est utilisé pour se protéger contre un éventuel retournement de tendance.

Il vous reste 44.5% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.