Prêt immobilier : le coût de l’assurance peut souvent être divisé par deux

Un couple de cadres non-fumeurs de 45 ans empruntant 250 000 euros sur 20 ans peut économiser environ 25 000 euros avec une assurance en délégation à 0,15 % au lieu d’une assurance de groupe à 0,40 % (estimation Magnolia.fr).

Les emprunteurs cherchent tous le meilleur taux pour leur prêt, et cette quête du Graal peut leur faire oublier un autre poste qui pèsera pourtant lourd dans leurs futures mensualités de crédit immobilier : son assurance.

Or, cette assurance, qui doit rembourser tout ou partie de l’emprunt à votre place en cas d’incapacité temporaire de travail, d’invalidité permanente, de perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA) ou de décès, représente souvent 40 % du coût total de l’emprunt. Voire, parfois, plus de la moitié. Le coût varie selon le profil de risque de l’acquéreur (âge, état de santé), les garanties choisies et l’assureur.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les crédits immobiliers restent extrêmement bon marché en cette rentrée

La plupart des emprunteurs souscrivent l’assurance de prêt que propose la banque qui leur octroie le crédit. Mais ces contrats de groupe sont onéreux, facturés entre 0,30 % et 0,50 %. On peut réduire sensiblement la note en déléguant l’assurance, c’est-à-dire en souscrivant un contrat individuel auprès d’une compagnie externe offrant des garanties équivalentes à celles du contrat proposé par sa banque.

« La délégation permet d’obtenir un taux compris entre 0,08 % et 0,20 % pour les 25-45 ans. L’emprunteur peut ainsi économiser plusieurs milliers d’euros », indique Antoine Fruchard, fondateur du courtier Réassurez-moi.

Malgré tout, la délégation reste minoritaire, sous la pression des banques qui protègent leur part du gâteau. « Certaines exigent la souscription de leur assurance groupe pour octroyer le prêt, d’autres majorent le taux d’intérêt si le client demande une délégation », explique un courtier.

Ne pas insister

Pourtant, la réglementation facilite la concurrence : l’emprunteur peut non seulement déléguer son assurance de prêt à la souscription de celui-ci, mais aussi changer d’assurance emprunteur à tout moment avant le premier anniversaire du crédit. Un droit qu’il peut encore exercer après les douze premiers mois, mais une fois l’an, à la date anniversaire du prêt. Certains militent pour que l’assurance emprunteur soit résiliable à tout moment, même après la première année, comme pour les assurances habitation et automobile.

Lire le décryptage : Changer d’assurance emprunteur, un parcours du combattant avec des économies à la clé

En pratique ? Il faut aborder le sujet avec la banque dès le début de la négociation. Si vous lui indiquez votre souhait de prendre une assurance en délégation, devis à l’appui, elle vous fera parfois une contre-proposition. Elle vous orientera alors non pas vers son contrat groupe, mais vers un contrat individuel maison, moins cher. « Mais si elle est réticente, mieux vaut ne pas insister, il sera toujours temps de changer après l’obtention du crédit », conseille Clarisse Loobuyck, directrice marketing de Magnolia.fr.

Il vous reste 41.76% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.