Prix Goncourt 2021 : Angot, Chalandon, Pourchet et Diop dans la première sélection

Les romans de Christine Angot, Sorj Chalandon et David Diop sont présents dans la première sélection du prix Goncourt, dévoilée mardi 7 septembre, qui compte 16 titres.

L’une des surprises de cette liste est l’absence du trentième roman d’Amélie Nothomb, Premier sang (éditions Albin Michel).

D’autres livres dont la presse a énormément parlé, comme celui de Philippe Jaenada sur l’affaire Lucien Léger, ou la fiction de Maria Pourchet, dont le sujet est l’adultère, côtoient des découvertes, comme le roman d’inspiration autobiographique d’Elsa Fottorino, qui parle du viol.

Les éditions Grasset placent trois titres dans cette sélection, Gallimard deux, et d’autres éditeurs, un seul.

Le seul premier roman de la liste est celui de François Noudelmann, bien que ce dernier ait derrière lui une longue œuvre d’essayiste.

L’académie Goncourt a prévu de décerner son prix le 3 novembre, après qu’elle aura resserré sa sélection à deux reprises, les 5 et 26 octobre.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Clara Dupont-Monod, Jacques Fieschi, Elsa Fottorino, Gerard Manley Hopkins… Les brèves critiques de la rentrée littéraire du « Monde des livres »

La première sélection pour le prix Goncourt :

  • Christine Angot, Le Voyage dans l’Est (Flammarion)
  • Anne Berest, La Carte postale (Grasset)
  • Sorj Chalandon, Enfant de salaud (Grasset)
  • Louis-Philippe Dalembert, Milwaukee Blues (Sabine Wespieser)
  • Agnès Desarthe, L’Eternel Fiancé (L’Olivier)
  • David Diop, La Porte du voyage sans retour (Seuil)
  • Clara Dupont-Monod, S’adapter (Stock)
  • Elsa Fottorino, Parle tout bas (Mercure de France)
  • Patrice Franceschi, S’il n’en reste qu’une (Grasset)
  • Lilia Hassaine, Soleil amer (Gallimard)
  • Philippe Jaenada, Au printemps des monstres (Mialet-Barrault)
  • François Noudelmann, Les Enfants de Cadillac (Gallimard)
  • Maria Pourchet, Feu (Fayard)
  • Abel Quentin, Le Voyant d’Etampes (L’Observatoire)
  • Mohamed Mbougar Sarr, La Plus Secrète Mémoire des hommes (Philippe Rey)
  • Tanguy Viel, La Fille qu’on appelle (Minuit)
Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les grandes tendances de la rentrée littéraire : de l’autofiction à l’exofiction

Le Monde avec AFP