« Que dire à nos patients afghans ? Que nous ressentons une forme de honte »

Tribune. « Impuissants, démunis… » Les termes utilisés par nos internes pour qualifier ce qu’ils ressentent face à leurs patients afghans, lors de notre dernière réunion d’équipe, sont inhabituels pour des médecins pratiquant dans un grand centre hospitalier suisse. Ils travaillent dans une unité ambulatoire un peu particulière de cet hôpital genevois : notre patientèle est composée de demandeurs d’asile et de réfugiés.

Nous sommes pourtant habitués à entendre les histoires de vie chaotiques, et surtout traumatiques, des patients que nous suivons. Exposés à des violences, voire à la torture dans leurs pays d’origine, ils ont été rackettés par des passeurs, maltraités par des gardes-frontières durant leur parcours migratoire. La procédure d’asile est longue, complexe et son aboutissement leur paraît parfois injuste. Malgré cela, leur force morale, leur capacité à se relever après les épreuves, en un mot leur résilience, sont impressionnantes. Nous nous efforçons de la soutenir durant nos consultations.

La Suisse plus généreuse

Mais, en ce mois d’août, que dire aux Afghans ? Qu’avec un taux de protection accordée de 84 % (secrétariat d’Etat aux migrations, SEM), la Suisse est plus généreuse envers eux que la patrie des droits de l’homme, qui selon le dernier rapport (2020) de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) accorde le statut de réfugié à 64,6 % des demandeurs afghans.

Mais, qu’ils soient réfugiés ou qu’ils bénéficient d’une protection subsidiaire, nos patients ont des proches restés « au pays », notamment des femmes, des mères et des sœurs puisque ce sont surtout les hommes qui entreprennent le périlleux parcours migratoire. Et pendant que mes collègues et moi-même suivons l’avancée des talibans sur les cartes (celle du Monde du 13 août se passe de commentaires), nos patients, eux, la vivent quasiment en direct, sur les réseaux sociaux.

Lire la tribune : « Oui, il est encore temps, agissons, ne laissons pas tomber l’Afghanistan »

L’un d’eux m’a expliqué avoir entendu l’explosion du 3 août à Kaboul, alors qu’il appelait sa sœur sur WhatsApp, et avoir cru qu’elle en était l’une des victimes. Le père d’un autre, seul protecteur de son épouse et de ses enfants, a été assassiné début juillet par les talibans qui ont pris la ville d’Islam Qala, à la frontière iranienne. Ainsi, sa femme, sa fille et son fils (10 et 7 ans) se retrouvent seuls dans cette ville, alors que la propagande talibane diffuse des messages glaçants.

Celui-ci, qui circule sur une chaîne YouTube, annonce, selon la traduction d’une de nos interprètes, que « par conséquent, afin d’éliminer les racines de l’ignorance et de l’irréligion ainsi que les problèmes sociaux de la jeunesse de ces provinces (…), les responsables de l’Emirat islamique ordonnent à tous les habitants de ces provinces, en particulier les seigneurs des tribus (…) et les mollahs des mosquées, de soumettre la liste des jeunes filles de plus de 15 ans et des veuves de moins de 45 ans à la Commission culturelle des moudjahidines de l’Emirat islamique. Si Dieu le veut, ces sœurs seront mariées à des moudjahidines et seront transférées dans des écoles islamiques dans le but de suivre des cours islamiques purs et d’accepter le cher islam… ».

Il vous reste 55.61% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.