Quinze membres de l’Académie des sciences alertent : « Pour arrêter le déclin de la recherche française, il est urgent de réagir »

Tribune. Chacun s’accorde à reconnaître que la recherche est une priorité, source de développement pour une nation comme la nôtre. Or, il faut bien admettre que la France recule régulièrement dans la hiérarchie internationale dans de nombreuses disciplines, tant dans la recherche fondamentale que dans la recherche finalisée. Ce déclin s’est aggravé au cours de ces quinze dernières années, en partie faute d’un soutien suffisant de l’Etat, en dépit d’effets d’annonce, mais aussi en raison de choix inappropriés dans l’organisation de la recherche.

La crise sanitaire déclenchée par le coronavirus SARS-CoV-2 a mis en évidence les faiblesses de la recherche et de l’innovation en santé en France. Le pays de Pasteur est resté en retrait dans la course pour la mise au point d’un vaccin au moment même où les vaccins à ARN, après quinze ans de recherche, démontraient brillamment leur efficacité.

Pour remédier aux difficultés de la recherche française et en arrêter le déclin, il est urgent d’engager les sept actions suivantes :

– Amener le financement de la recherche en France au niveau des grands pays qui font le choix de la science. Le financement en France de la recherche et du développement est seulement de 2,21 % du PIB (avec un total de 50,6 milliards d’euros), en dessous de celui de l’Allemagne (3,04 %) et des Etats-Unis (2,79 %). Entre 2011 et 2018, les crédits du seul secteur de la santé ont diminué de 28 % en France, alors qu’ils augmentaient de 11 % en Allemagne et de 16 % en Grande-Bretagne. Le vote récent de la loi de programmation de la recherche est un premier pas, un peu lent, vers un budget de la recherche à 3 % du PIB.

Lire notre enquête : Article réservé à nos abonnés Les raisons du déclin de la recherche en France

– Rehausser l’importance de la science auprès de la classe politique. Aux plus hauts niveaux, ceux du gouvernement et de la haute fonction publique, la quasi-totalité de la classe politique est formée par une seule école, l’Ecole nationale d’administration, où l’enseignement des sciences et des technologies est pratiquement inexistant. Très souvent, les personnes ayant une formation scientifique sont reléguées à des postes dits « techniques ». Dans le gouvernement actuel, la hiérarchie place le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation au 14e rang sur 16 dans l’ordre protocolaire, ce qui en dit long sur le peu d’intérêt porté à la science.

Le poids démobilisant de l’administration

– Repenser la gouvernance des grands organismes de recherche et des universités. Au CNRS, deux dérives sont apparues : la forte réduction des crédits d’investissement et de fonctionnement (près de 85 % de la dotation de l’Etat sont consommés par la masse salariale) et une moindre visibilité des sciences exactes et de la nature.

Il vous reste 62.66% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.