Rachel Zegler, une jeune actrice métisse, incarnera Blanche Neige de Disney

Rachel Zegler dans le rôle de Maria, dans le « West Side Story » de Steven Spielberg, qui sortira le 10 décembre 2021.

Encore quasi inconnue du grand public, Rachel Zegler, comédienne métisse, va faire l’un des débuts de carrière les plus médiatisés de l’histoire. Elle sera la star du remake de West Side Story et de Shazam ! Fury of the Gods, suite du film de DC Comics Shazam ! attendue en 2023. Et Disney a annoncé, mardi 22 juin, qu’elle incarnerait Blanche Neige dans la version en prises de vues réelles du célèbre dessin animé de 1937.

La production du film doit débuter en 2022, a fait savoir Disney. Blanche Neige est l’adaptation d’un conte des frères Grimm, deux linguistes allemands qui ont publié la première version en 1812.

Casting de plus de 30 000 candidates pour Spielberg

Née d’une mère colombienne et d’un père polonais, Rachel Zegler, aujourd’hui âgée de 20 ans, avait été sélectionnée à 17 ans pour jouer le rôle de Maria dans le West Side Story de Steven Spielberg, qui sortira le 10 décembre, pour lequel l’équipe a auditionné plus de 30 000 candidates.

L’équipe avait notamment été impressionnée par la voix de la jeune femme, qui s’est déjà illustrée dans de nombreuses productions locales de comédies musicales dans le New Jersey, dont elle est originaire.

« Les extraordinaires capacités vocales de Rachel ne sont qu’un aspect de son talent », a commenté Marc Webb, futur réalisateur de la nouvelle version de Blanche Neige, cité dans un message transmis à l’Agence France-Presse par une porte-parole de Disney. « Sa force, son intelligence et son optimisme vont devenir partie intégrante de cette redécouverte de la joie du conte de fées classique de Disney », a expliqué le metteur en scène, qui a notamment réalisé deux volets de la saga « Spider-Man », The Amazing Spider-Man (2012) et The Amazing Spider-Man : le destin d’un héros (2014).

Le choix d’une comédienne métisse pour incarner celle qui fut, en 1937, la première héroïne de cinéma de Disney, est un nouveau signe d’inflexion pour le studio, longtemps taxé de choisir essentiellement des personnages principaux blancs. Mulan (2020) et Aladdin (2019), également versions en prises de vues réelles, avaient déjà mis à l’affiche des premiers rôles issus de la diversité.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le nouveau « Mulan » de Disney, sans âme et opportunément féministe

Le Monde avec AFP