Rénovation de la gare du Nord : la SNCF réfléchit à l’abandon du projet

Le gigantesque projet de transformation de la gare du Nord devait initialement être réalisé pour les Jeux olympiques (JO) de 2024. Jugé trop ambitieux, il a été revu à la baisse, reporté à après 2024. Mais SNCF Gares & Connexions, filiale de la compagnie ferroviaire, envisage l’arrêt du contrat avec son partenaire Ceetrus – la foncière du groupe Auchan – en raison de retards et de dérive budgétaire, a appris l’Agence France-Presse, mardi 21 septembre, de source proche du dossier, confirmant une information de la radio RTL.

« Les dérives budgétaires et de planning ne sont pas acceptables », a précisé cette source, alors que la SNCF avait choisi Ceetrus en juillet 2018, afin de tripler la surface de la gare parisienne en prévision des JO 2024.

Dans un communiqué publié à la mi-journée, SNCF Gares & Connexions estime que « le projet de transformation de la gare du Nord ne paraît plus réunir les conditions de réalisation prévues par le contrat de concession ». « Des comptes ont été demandés (…) sur cette évolution inquiétante et une décision sera prise très prochainement sur le devenir de cette concession », ajoute la filiale.

Coût des travaux multiplié par trois

Elle souligne avoir été avertie en juillet d’une explosion du coût prévisionnel des travaux portant la facture à plus de 1,5 milliard d’euros, contre 500 millions encore envisagés fin 2020, et d’un « retard considérable » les empêchant d’être achevés d’ici aux JO 2024.

La concession a été confiée à la société anonyme Gare du Nord 2024 (ou StatioNord), une coentreprise formée par SNCF Gares & Connexions (34 %) et Ceetrus (66 %), cette dernière étant l’acteur chargé de la conception, des travaux et de leur financement.

Après une longue polémique avec la Mairie de Paris – qui pourtant avait approuvé le dossier à l’origine –, une mouture moins ambitieuse du projet avait été adoptée en novembre 2020, ce qui n’a pas empêché les difficultés.

Un accord avait été alors conclu sur la forme finale de la gare : moins de surfaces commerciales et un peu plus de parkings à vélos que prévu initialement. Plus de 700 000 personnes transitent chaque jour dans cette gare aujourd’hui et 900 000 sont attendues en 2030.

Lire aussi Bouygues retenu pour la rénovation de la gare du Nord à Paris

Le Monde avec AFP