Retour aux années 1970 : la sélection musicale du « Monde Afrique » #75

Chaque mercredi, Le Monde Afrique vous présente trois nouveautés musicales issues ou inspirées du continent. Cette semaine, place aux rééditions en vinyle avec les compilations Reggae Africa (du label Africa Seven), Ethiopian Hit Parade (chez Heavenly Sweetness) et Essebions Special (Analog Africa).

« Reggae Africa, Roots & Culture, 1972-1988 »

Quand on parle de reggae africain, le public francophone pense d’abord aux Ivoiriens Alpha Blondy ou Tiken Jah Fakoly, voire au Burkinabé Black So Man. Mais bien avant le premier album de Blondy, Jah Glory, en 1982, des pionniers du genre se sont illustrés sur le continent, notamment dans sa partie anglophone. C’est ce que rappelle le label britannique Africa Seven en publiant au format vinyle, le 29 octobre, la compilation Reggae Africa, Roots & Culture, 1972-1988, qui regroupe des morceaux d’artistes principalement nigérians, mais aussi camerounais. Le premier titre disponible à l’écoute, Hello Friends, est signé du batteur nigérian Georges Happi et date de 1977.

« Ethiopian Hit Parade vol. 2 »

C’est également dans les années 1970 que sont sortis les cinq tomes de la série « Ethiopian Hit Parade », initiée par le producteur éthiopien Ahma Eshete (décédé en avril à l’âge de 78 ans), alors jeune patron du label Amha Records. Ces disques rassemblaient la fine fleur de l’éthiojazz, avec le désormais incontournable Mulatu Astatke, mais aussi Getachew Kassa, Alemayehu Eshete ou la chanteuse Muluken Melesse. Fin août, le label français Heavenly Sweetness et Francis Falceto, créateur en 1997 de la collection de CD « Ethiopiques », ont réédité en vinyle le deuxième volume de la série, pressé en 1972 à quelques centaines d’exemplaires et devenu quasiment introuvable.

« Essiebons Special, 1973-1984, Ghana Music Power House »

Mort en août à l’âge de 90 ans, Dick Essilfie-Bondzie était au highlife ce qu’Ahma Eshete était à l’éthiojazz : créateur du label Essiebons et de la première usine de pressage de disques d’Afrique de l’Ouest, il a rassemblé sous sa bannière nombre d’artistes ayant marqué l’histoire musicale du Ghana, tels Ebo Taylor, CK Mann ou Ernest Honny. Dans une compilation intitulée Essiebons Special et qui sortira début décembre en vinyle et CD, le label allemand Analog Africa a rassemblé quatorze morceaux enregistrés entre 1973 et 1984. Parmi eux figurent des titres inédits encore jamais publiés, retrouvés par Dick Essilfie-Bondzie au cours de la numérisation de ses archives.

Lire aussi Tours de Babel : la sélection musicale du « Monde Afrique » #74

Retrouvez tous les coups de cœur musicaux de la rédaction dans la playlist YouTube du Monde Afrique.

Du Nigeria au Zimbabwe, cinq rééditions en bref

Highlife nigérian, séga mauricien, chanson arabe, jazz sud-africain ou chimurenga zimbabwéen. Au rayon des rééditions, il y en a pour tous les goûts cet automne !

En septembre, le label canadien We Are Busy Bodies a fait paraître sur galette noire (500 exemplaires) un album remasterisé du trompettiste Etubom Rex Williams (accompagné de ses « Nigerian Artistes ») datant de 1973. Dans l’océan Indien, Babani Records lui a emboîté le pas en restaurant le son original de deux morceaux de 1977 signés « Lélou », premier nom de scène du chanteur et percussionniste mauricien Menwar (en numérique).

A Paris, le label WeWantSounds s’intéresse quant à lui à la diva algérienne Warda à travers son classique Khalik Hena, composé par l’Egyptien Baligh Hamdi et enregistré en public en 1973 (réédition en vinyle). Le 22 octobre, les Britanniques de Mr Bongo proposeront de leur côté « trente minutes de perfection » avec l’album Yakhal’Inkomo, paru en 1968 sous la houlette du saxophoniste sud-africain Winston « Mankunku » Ngozi (en CD et vinyle).

Enfin, le 24 octobre, le label parisien Nyami Nyami Records fera paraître Soweto, qui, comme son nom ne l’indique pas, nous emmènera dans le Zimbabwe des années 1980 aux côtés de Robson Banda & the New Black Eagles (en vinyle et numérique).