Retraites complémentaires du privé : vers une revalorisation inférieure à l’inflation

Sauf rebondissement de dernière minute, les retraites complémentaires versées aux anciens salariés du privé devraient être revalorisées de 0,9 %, au 1er novembre. Cette recommandation a été faite, jeudi 30 septembre, par le bureau de l’Agirc-Arrco – l’organisme copiloté par les partenaires sociaux qui gère ce type de prestations. Il appartient maintenant au conseil d’administration de l’institution paritaire de décider, lors d’une réunion prévue le 7 octobre, si c’est cette option qui doit être retenue, mais l’expérience montre qu’il se conforme, en règle générale, aux préconisations du bureau.

Une hausse de 0,9 %, appliquée sur la période allant du 1er novembre 2021 au 31 octobre 2022, signifie que les pensions complémentaires sont fortement susceptibles de subir une perte de pouvoir d’achat, l’inflation étant supérieure à ce pourcentage depuis plusieurs mois. Cet arbitrage est justifié par la volonté d’assainir les comptes et de préserver les réserves financières du régime : en 2020, l’Agirc-Arrco a replongé dans le rouge avec un résultat global de – 4,1 milliards d’euros, du fait de la récession déclenchée par l’épidémie de Covid-19.

Lire aussi Retraite complémentaire : qui subit finalement le nouveau malus Agirc-Arrco ?