Reworld Media réclame 1,2 million d’euros au magazine « Epsiloon »

Le combat des anciens salariés de Science & Vie contre leur ex-employeur Reworld Media avait ponctué la saison automne-hiver 2020-2021, avant de s’achever sur une sorte de happy end : la naissance, au début de l’été, du nouveau magazine scientifique Epsiloon. En coulisses, cependant, un épisode moins réjouissant était en train de s’écrire, dont La Correspondance de la presse a révélé, jeudi 30 septembre, le cœur de l’intrigue. Le groupe de presse a engagé des poursuites contre une partie de l’équipe qu’il a licenciée, réclamant un total de 1,2 million d’euros.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les anciens journalistes de « Science & Vie » lancent un nouveau magazine scientifique

Selon nos informations, trois actions ont été intentées par Reworld Media (Biba, Maison & Travaux, Auto Plus, Top Santé, etc.). Les deux premières visent deux anciens responsables de la rédaction, qui se seraient rendus coupables de « dénigrement et diffamation » sur les antennes de France Inter et d’Europe 1. A l’époque, les interviews auxquels ils avaient répondu portaient sur la dégradation du travail journalistique au sein du groupe. La troisième plainte cible ces deux membres fondateurs d’Epsiloon ainsi que leur éditeur, Unique Heritage Média (UHM), pour « parasitisme et concurrence déloyale ».

A raison de 400 000 euros d’indemnisation par action intentée, la somme réclamée par Reworld Media est plus élevée que l’investissement consenti par Emmanuel Mounier, le président d’UHM (Les P’tites Princesses, Le Journal de Mickey, Comment ça marche…), pour permettre à Epsiloon d’exister, soit 1 million d’euros. Ni Reworld Media, ni les salariés visés par les plaintes, ni UHM ne souhaitent commenter ces informations.

Grève de cinq jours et motion de défiance

Au sein d’Epsiloon, un salarié, qui préfère rester anonyme, l’assure : « Nous sommes sereins. Un peu amusés, aussi. » A ses yeux, en effet, le préjudice subi par Reworld Media pourrait être difficile à démontrer. Né en 1913, Science & Vie s’est écoulé en 2020-2021 à plus de 175 000 exemplaires, selon l’Alliance pour les chiffres de la presse et des médias, quand Epsiloon, apparu en kiosques le 23 juin 2021, revendique environ 40 000 abonnés. Lancée début mai, la campagne de préfinancement par abonnements avait provoqué un véritable engouement, permettant au projet de prendre corps avec l’appui instantané de 25 000 lecteurs.

En outre, alors que les salariés de Science & Vie auraient signé une clause de confidentialité sur leurs conditions de départ, aucune clause de non-concurrence ne leur aurait été imposée. Au total, ce sont neuf journalistes qui avaient quitté le magazine centenaire fin février, réduisant la rédaction écrivante à une personne (sans compter les pigistes).

Il vous reste 30.47% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.