Roch-Olivier Maistre, président du CSA : « Les chaînes de télévision sont libres et responsables de leurs choix »

Roch-Olivier Maistre, à Paris,le 24 janviers 2019.

Droit dans ses bottes. Qu’on l’interroge sur le décompte du temps de parole d’Eric Zemmour avant même qu’il se déclare candidat ou qu’on le confronte au déferlement de débats douteux sur la responsabilité du régime de Vichy dans la déportation des juifs, Roch-Olivier Maistre, le président du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), ne dévie pas de sa ligne : l’institution qu’il dirige veille avant tout au respect du pluralisme des courants de pensée et d’opinion, un « principe de valeur constitutionnelle » indispensable à la protection du débat démocratique. C’est à cette aune que la recommandation à destination des médias audiovisuels pour la prochaine élection présidentielle, qui sera publiée au Journal officiel vendredi 22 octobre et qu’il présente au Monde en exclusivité, doit être lue.

Lire aussi Election présidentielle 2022 : comprendre les règles du temps de parole dans les médias

Comment les médias audiovisuels devront-ils respecter leurs obligations en matière de pluralisme pendant la campagne électorale ?

A partir du 1er janvier et jusqu’au 7 mars au soir, la règle de l’équité s’appliquera aux candidats déclarés comme aux candidats présumés. Celle-ci s’appréciera sur leurs temps de parole, et sur leurs temps d’antenne (les commentaires ou les analyses qui les accompagnent, comme la présentation de sondages par exemple). Puis, du 8 mars, date à laquelle les candidatures officielles seront connues, au 27 mars à minuit, veille du début de la campagne officielle, nous contrôlerons le respect du pluralisme en appliquant le principe de l’équité renforcée. Ce qui signifie que ce régime temps d’expression-temps d’antenne continuera de s’appliquer, mais devra être respecté à l’intérieur de quatre tranches horaires : 6-9 heures, 9-18 heures, 18 heures-minuit et minuit-6 heures. Enfin, du 28 mars jusqu’au premier tour (puis entre les deux tours), c’est la règle de l’égalité stricte entre les candidats qui s’appliquera.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Changement brutal de direction à la tête des rédactions du « Journal du dimanche » et de « Paris Match »

Tous les candidats ne seront peut-être pas connus en janvier…

Non, mais l’essentiel des familles politiques auront clarifié leurs choix. Pour évaluer ces temps de parole, nous prendrons pour critères le poids politique de chacune des personnalités en tenant compte des résultats aux précédents scrutins des familles politiques représentées dans cette élection, mais aussi la dynamique de la campagne, l’évolution des sondages d’opinion, etc.

Comment comptabiliser Eric Zemmour, qui ne s’est jamais présenté à une élection ?

Aujourd’hui, il est enregistré dans une catégorie « divers droite », qui comprend aussi Valérie Pécresse et Xavier Bertrand jusqu’à leur prochaine réintégration chez Les Républicains. A partir du 1er janvier, tous les candidats déclarés ou présumés seront comptabilisés en tant qu’individus.

Il vous reste 59.27% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.