Sébastien Benedetto, le « off » d’Avignon en héritage

Sébastien Benedetto au Théâtre des Carmes, à Avignon, en 2017.

Sébastien Benedetto ne se serait jamais imaginé à la tête d’un théâtre, et encore moins président de l’association qui coordonne le « off » d’Avignon, ce vaste marché du spectacle vivant. Et pourtant, cet homme calme et discret, musicien de formation, dirige depuis 2009 l’historique théâtre avignonnais des Carmes et, depuis le 11 janvier, l’association Avignon Festival & Compagnies (AF&C). « Ce n’était ni un souhait ni une ambition », résume-t-il. Mais la volonté de rester fidèle à un héritage familial.

A chacune de ces nouvelles étapes, ce batteur, qui a débuté sa vie professionnelle comme DJ, a accepté de marcher dans les pas dans son père, André Benedetto. Le nom de cet auteur et metteur en scène de théâtre est indissociable de l’histoire du Festival « off ». Fondateur en 1963 du Théâtre des Carmes, lieu engagé installé au cœur des remparts, c’est lui qui, dans un geste de révolte contre « l’institution », lança, en 1967, l’aventure du « off ». C’est encore lui qui, en 2007, le réorganisera en créant l’AF&C.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le Festival « off » d’Avignon change de patron et prépare une édition « sous contraintes sanitaires »

« Quand mon père est mort brutalement, en 2009, nous avons voulu, avec ma demi-sœur, continuer à faire vivre le Théâtre des Carmes, l’une des cinq scènes permanentes d’Avignon. J’en ai pris seul la direction en 2014. J’ai découvert un métier et je m’y suis épanoui », raconte cet enfant de la balle. Sébastien Benedetto est né et a grandi dans la cité des Papes, baigné dans le milieu du théâtre. En mémoire de son père et de son « esprit d’engagement », il a repris le flambeau en conservant l’âme du lieu : un théâtre politique, axé sur le texte, et un accueil respectueux des artistes. Aux Carmes, pas de location à prix d’or, mais que des coproductions ou des coréalisations, essentiellement de créations contemporaines. Cet été, Sébastien Benedetto codirigera la lecture de La Vie des bord(e)s, de Sandrine Roche, dans le cadre du nouveau cycle Le Souffle d’Avignon. Il programmera aussi une journée d’hommage aux textes de son père.

Du courage ou de la folie

Cet été, surtout, signera la relance d’un « off » mis en l’arrêt en 2020 par la crise du Covid-19. Il y a quelques mois, le producteur Pierre Beffeyte, démissionnaire de la présidence d’AF&C, a proposé à Sébastien Benedetto, 41 ans, de prendre sa relève. Le directeur des Carmes a été élu sans difficulté à la tête de l’association. « J’y suis allé un peu tête baissée, là encore par héritage et aussi pour continuer le travail de professionnalisation du Festival initié par Pierre. Cela me tient à cœur que ce rendez-vous soit plus respectueux vis-à-vis des artistes et plus vertueux dans son fonctionnement », défend le nouveau président. « C’est la bonne personne au bon moment, il a une vraie légitimité », considère Pierre Beffeyte. « Est-ce du courage ou de la folie de sa part d’y être allé ? Je ne sais pas. Il est plein de bonnes intentions mais son champ d’action reste limité », constate Julien Gelas, directeur du théâtre avignonnais du Chêne noir.

Il vous reste 56.79% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.