Seize ans après Katrina, l’ouragan Ida a fait trembler la Louisiane

L’ouragan a causé de gros dégâts matériels, mais le bilan humain reste faible et les mesures prises après 2005 ont été efficaces.

Seize ans après Katrina, un nouvel ouragan encore plus puissant a balayé dimanche la Louisiane. Mais heureusement, il n’a pas entraîné une catastrophe de même ampleur. L’ouraganIda était pourtant l’un des plus violents à avoir jamais été enregistré sur les côtes américaines: avec des vents de 240 km/h lorsqu’il a commencé dimanche peu avant midi (19 h 00 heure française) à frapper les côtes de cet État du sud des États-Unis, il était classé dans la catégorie 4 sur l’échelle Saffir-Simpson, qui en compte 5. Katrina, qui avait rompu en 2005 les digues protégeant La Nouvelle-Orléans et provoqué l’inondation de la ville, n’était que de catégorie 3.

La violence de l’ouragan Ida a été telle que les eaux du Mississipi ont remonté leur cours pendant quelques heures à l’embouchure du fleuve. La Nouvelle-Orléans a été balayée par des vents d’une rare intensité. L’ouragan a détruit une immense installation électrique dans la paroisse de Jefferson, et les fils sont tombés dans le Mississipi, provoquant des pannes généralisées et interrompant le trafic fluvial.

La trajectoire de l’ouragan Ida. Service Infographies – Le Figaro

La pluie et la montée de l’eau de mer dans les marais et les bayous au sud de La Nouvelle-Orléans ont aussi isolé des centaines de foyers. Sur les réseaux sociaux, des gens coincés dans leur grenier ou sur leur toit demandaient de l’aide. Les opérations de sauvetage ont commencé dès lundi, mobilisant des centaines de bateaux et d’hélicoptères pour secourir les personnes bloquées par la montée des eaux, et les services publics travaillent à rétablir l’électricité dans une grande partie de l’État.

Après avoir touché terre dimanche près de Port Fourchon, au sud de La Nouvelle-Orléans, avec des vents soufflant à plus de 200 km/h, Ida s’est depuis déplacé vers le Nord et le Mississippi. L’ouragan s’est affaibli lundi pour être rétrogradé en tempête tropicale.

Si les dégâts matériels sont considérables, le bilan humain est jusqu’à présent resté miraculeusement faible. Une personne a été tuée par la chute d’un arbre à l’extérieur de Baton Rouge. Les routes étant impraticables et le réseau téléphonique étant interrompu par endroits, le nombre total des victimes n’est cependant pas encore connu. Les mesures prises depuis Katrina contre les inondations semblent avoir été efficaces. D’importantes inondations ont eu lieu à LaPlace, une localité sur les bords du lac Pontchartrain, et l’île de Grand Isle a été submergée, mais le système de protection de digues, canaux et levées construit par le génie de l’armée américaine pour un budgetestimé à 14,5 milliards de dollars, ont permis à La Nouvelle-Orléans d’échapper à une nouvelle catastrophe. En 2005, le passage de Katrina avait entraîné la rupture des digues et l’inondation d’une partie de la ville: 1 833 personnes avaient trouvé la mort dans la catastrophe, et les dégâts avaient été évalués à 100 milliards de dollars.

Vers d’autres ouragans?

«Dans l’ensemble, toutes nos digues ont très bien tenu», a dit le gouverneur de Louisiane, John Bel Edwards. «Mais la tempête, la pluie et le vent ont eu des effets dévastateurs. Nos systèmes d’approvisionnement en eau sont hors service, et nous avons d’énormes dégâts matériels. Il ne fait aucun doute que les jours et les semaines à venir vont être extrêmement difficiles pour notre État et que de très nombreuses personnes seront éprouvées», a ajouté le gouverneur.

La Garde nationale de Louisiane a mobilisé 4900 réservistes, et des dizaines de bateaux et d’hélicoptères. Les autorités fédérales américaines ont aussi dépêché de l’aide, notamment des stocks de nourriture, d’eau et des générateurs. Le président Joe Biden avait annoncé samedi que la Fema, l’agence fédérale chargée des situations d’urgence, déployait 500 de ses personnels en renfort au Texas et en Louisiane, en plus des 2000 déjà sur place pour faire face à la pandémie de Covid, particulièrement virulente dans cet état du sud des États-Unis.

La saison des ouragans qui s’étend du mois de juin à novembre, connaît son apogée à la fin du mois d’août et dans le courant de septembre, et les services météorologiques américains n’excluent pas l’apparition d’autres ouragans.