Sélection albums : Josquin Desprez, Reinoud Van Mechelen, The Daptone, Coldplay, Jon Boutellier, Ruşan Filiztek

  • Josquin Desprez
    The Renaissance Master
    Musique sacrée et chansons de Josquin des Prés par divers interprètes.
Pochette du livre-CD « The Renaissance Master », consacré à Josquin des Prés.

Publié à l’occasion du 500e anniversaire de la mort de Josquin des Prés, ce livre-disque s’apparente à un portrait musical et iconographique d’une richesse digne de son modèle. Le musicien « franco-flamand » (formule diplomatique susceptible de satisfaire les trois pays – Belgique, France, Pays-Bas – qui pourraient aujourd’hui se disputer une exclusivité nationale) a suscité l’admiration partout où il est passé, de Cambrai à Aix-en-Provence, de Milan à Rome et Ferrare. Richement illustré, le livret permet de confronter Josquin des Prés à l’art pictural de la Renaissance, mais c’est évidemment la musique qui a le dernier mot. Au propre (textes chantés) comme au figuré (génie de l’écriture). Servie par des interprètes de référence, cette luxueuse compilation d’enregistrements parus entre 1986 et 2018 ne laisse pas d’impressionner. Dans le domaine des messes (l’extatique Missa de Beata Virgine, l’intimidante Missa Pange Lingua), et plus encore dans celui des chansons, la rythmique lancinante de Douleur me bat, les entrelacs voluptueux de Petite camusette). Virtuose de la ligne et magicien de la couleur, Josquin des Prés (vers 1450-1521) est peut-être à considérer comme le pendant musical de son contemporain Léonard de Vinci (1452-1519). Pierre Gervasoni

3 CD Harmonia Mundi.

  • Reinoud Van Mechelen et A Nocte Temporis
    Jéliote, haute-contre de Rameau
    Œuvres de Rameau, Colin de Blamont, Rébel, Francœur, Mion, Jéliote, Leclair, Dauvergne, Mondonville, Berton et La Borde. A Nocte Temporis, Reinoud Van Mechelen (haute-contre et direction).
Pochette de l’album « Jéliote, haute-contre de Rameau », de Reinoud Van Mechelen et l’ensemble A Nocte Temporis.

Après un album largement primé consacré en 2019 à Louis Gaulard Dumesny, cuisinier chanteur devenu haute-contre de Lully, Reinoud Van Mechelen jette cette fois son dévolu sur le fameux Pierre de Jéliote (1713-1797), également haute-contre, qui fut l’un des interprètes privilégiés de Rameau, ainsi que des contemporains du XVIIIe siècle. Pas moins de vingt-quatre pièces, instrumentales (symphonies et danses) et vocales (scènes et airs, dont un de Jéliote lui-même), jalonnent chronologiquement l’évocation de l’extraordinaire carrière de cette voix aux aigus épanouis, à la projection puissante, dont le ténor et chef d’orchestre retrace la carte de Tendre musicale. Autant dire que le Belge de 34 ans est en pleine possession de ses moyens. La voix est ronde, claire, agile, l’interprète expressif et raffiné, soucieux de couleur et de prosodie. Quant à l’ensemble A Nocte Temporis, fondé par Mechelen en 2016, c’est un partenaire volubile et plein d’allant, impeccable stylistiquement, tant sur le plan de la ligne que de la dynamique. Mêlés à quelques tubes ramelliens (Hippolyte et Aricie, Platée, Castor et Pollux, Les Boréades), de belles découvertes, comme le rare « Air » de Scanderberg, de Rebel et Francœur, le « Fleuve fécond » (Nitétis), de Charles-Louis Mion, sans oublier trois extraits du Daphnis et Alcimadure, de Mondonville, chanté en languedocien. Marie-Aude Roux

Il vous reste 60.52% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.