Sélection albums : Olga Pashchenko, Wadada Leo Smith, Rostam, Marc Desse, Brassens et Dal : um

  • Wolfgang Amadeus Mozart
    Concertos pour piano

Wolfgang Amadeus Mozart : Concertos pour piano nos 9 et 17. Olga Pashchenko (pianoforte), Il Gardellino.

Pochette de l’album « Mozart – concertos pour piano n° 9 et n° 17 », par Olga Pashchenko.

A la différence de Beethoven, qui a pourtant d’abord marché sur ses pas, Mozart ne fut pas un novateur, autrement dit un compositeur en avance sur son temps. Pourtant, dans son Concerto pour piano n° 9, on jurerait qu’il anticipe le mode de communication des réseaux sociaux tant les allers-retours entre le titulaire du compte principal (soliste) et les amis (orchestre) qui réagissent à ses messages sont nombreux, variés et quasiment instantanés. On aurait beau jeu de prolonger le parallèle entre hier et aujourd’hui en glosant sur le surnom de « Jeunehomme » attribué à ce concerto, mais il résulte d’une confusion orthographique, la destinataire de l’œuvre s’appelant « Mlle Jenamy ». Olga Pashchenko n’en profite évidemment pas pour remettre les pendules de l’histoire à l’heure féminine, mais elle déploie, comme à son habitude, une énergie de circonstance, tantôt motrice, tantôt délicate, voire rêveuse (au sein d’une cadence). Par ailleurs, elle pousse le soin jusqu’à changer de clavier (copies d’un pianoforte, de 1788 puis de 1792) pour envoyer ses « posts » au collectif Il Gardellino, d’une complicité à « liker » tant dans le virevoltant 9e Concerto que dans l’expansif 17e. Pierre Gervasoni

1 CD Alpha Classics-Outhere Music.

  • Wadada Leo Smith
    Trumpet
Pochette du coffret « Trumpet », de Wadada Leo Smith.

Que Wadada Leo Smith – né à Leland (Mississippi) en 1941 – soit une légende méconnue ne surprendra pas. Trompettiste et compositeur, catalogué « jazz », « contemporain » (en effet !), « électro », Leo Smith arpente les mystères du solo, du duo et de toutes les combinaisons orchestrales possibles – notamment avec ses camarades de l’Association for The Advancement of Creative Musicians (AACM), collectif fondé à Chicago par le pianiste et compositeur Muhal Richard Abrams (1930-2017). Plus que musique, leur acte musical « est porteur de valeurs universelles, sociales, politiques, spirituelles ». Que Wadada Leo Smith garde librement le cap n’a rien d’étonnant. Pour ses 80 ans, son fidèle label finlandais TUM Records publie un coffret de trois CD, sobrement intitulé Trumpet, du solo au trio (avec le bassiste Bill Laswell et le percussionniste Milford Graves, 1941-2021). Son exploration du son, ses références (soufies), ses dédicaces (Albert Ayler, James Baldwin, Prince), son immense culture condensent tous les principes de cette voie qu’aurait pu prendre le jazz. Que ses militants n’ont jamais lâchée. Textes, illustrations, présentation à hauteur des qualités des enregistrements. Plus une légende méconnue à découvrir avec stupeur dans cette anthologie. Francis Marmande

Il vous reste 64.06% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.