Sélection albums : Queen Elisabeth Competition, Villagers, Stephan Eicher…

  • Queen Elisabeth Competition
    Piano 2021
    Sélection d’œuvres interprétées par Jonathan Fournel, Serguei Redkin, Dmitry Sin, Vitaly Starikov, Keigo Mukawa, Tomoki Sakata (pianos) avec l’Orchestre national de Belgique, dirigé par Hugh Wolff, et l’Orchestre royal de chambre de Wallonie, dirigé par Frank Braley.
Pochette du coffret consacré aux finalistes du concours Reine Elisabeth de piano 2021.

On ne criera pas au génie en écoutant Jonathan Fournel, vainqueur, en mai, à Bruxelles, du prestigieux concours Reine Elisabeth et c’est un bon point pour le Français de 27 ans qui semble moins jouer pour impressionner le jury que pour emporter l’adhésion de l’auditeur. Avec puissance dans le Second Concerto, de Johannes Brahms, et dans le Nocturne sismique de Pierre Jodlowski, mais également avec retenue dans un autre Brahms (Variations et fugue sur un thème de Haendel) et un autre Nocturne (le 17e de Chopin). Musicien accompli, le Russe Serguei Redkin, 29 ans, deuxième prix, l’est aussi. Son interprétation du très virtuose Jardin féerique, de Bruno Mantovani – imposé pour la finale avec l’Orchestre national de Belgique mais promis à une belle carrière en salles de concert – et de La Plus que lente langoureuse de Claude Debussy témoigne d’une belle personnalité et de réelles affinités avec le répertoire français. Les autres lauréats sont en revanche assez ternes et parfois à côté de la plaque stylistique. Pierre Gervasoni

Un coffret de 4 CD Queen Elisabeth Competition/Outhere Music.

  • Villagers
    Fever Dreams
Pochette de l’album « Fever Dreams », de Villagers.

Déjà plus d’une décennie que l’Irlandais Conor O’Brien peaufine avec Villagers les contours d’une pop sophistiquée au ton introspectif doucereux. De l’indie folk rock des débuts à la récente émancipation électronique, en passant par la soul orchestrale, le chanteur et multi-instrumentiste de 37 ans a progressivement réussi à étoffer son esthétique sonore. L’ambition ne faiblit pas avec ce cinquième album, qui semble faire fructifier les acquis accumulés. Si on perçoit une incursion orchestrale et psychédélique un peu plus prononcée, notamment par l’usage de cuivres (Song In Seven, Fever Dreams), ce cinquième opus incarne un idéal de pop moderne. Conor O’Brien chante ses « rêves brisés » sur le renversant Circles In the Firing Line, pièce progressive de six minutes qui renvoie Elbow à ses cahiers d’écolier. Tandis que les très Motown et scintillants The First Day et Restless Endeavour contribuent à faire monter la température de ces somptueux « songes fiévreux ». Franck Colombani

1 CD Domino Records.

  • Chrissie Hynde
    Standing In the Doorway

Il vous reste 57.12% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.