Spectacle : Monsieur Fraize se glisse dans la peau d’une femme

Marc Fraize dans « Madame Fraize », spectacle mis en scène par Papy (Alain Degois), au Théâtre du Rond-Point, à Paris, le 29 octobre 2020.

Qu’il est bon de rire. Surtout avec Marc Fraize. Se laisser embarquer par cet humoriste singulier, c’est comme plonger dans une bulle poétique et réconfortante loin du cynisme du monde. Après avoir, pendant plus de quinze ans, fait vivre son personnage inoubliable de Monsieur Fraize, anti-héros magnifiquement burlesque, le comédien crée Madame Fraize sur la grande scène du Théâtre du Rond-Point à Paris.

Lire aussi : Monsieur Fraize devient Madame Fraize, « Passer une robe offre un terrain de jeu immense »

Monsieur était engoncé dans un pantalon trop court et un polo trop boutonné, Madame est parée d’une longue robe verte aérienne, de gants longs en latex rose et d’une coiffure à l’allure rétro. Monsieur, maladroit et inadapté, cultivait les silences, Madame, libre et joyeuse, a besoin de partager ses joies et ses tracas. Mais ils gardent en commun une fragilité et une atemporalité qui font leur force comique. La patte si attachante et touchante de Marc Fraize est bien là.

Lire aussi : Monsieur Fraize, itinéraire d’un clown gâté

On pense aux films de Pedro Almodovar en découvrant l’allure de Madame Fraize chantant Piensa en mi et au cinéma de Jacques Tati dans sa manière incongrue de prendre possession de l’espace scénique. Détachée du monde, rompant avec la frénésie de notre époque, elle cultive l’art de prendre son temps. On pourrait croire qu’elle joue avec nos nerfs mais sa manière d’être nous donne tout de suite le sourire puis l’envie irrépressible de rire.

Jamais grotesque

Qu’elle nous parle des bienfaits du lave-vaisselle ou des risques de mésentente que peut entraîner dans le couple cet appareil ménager, qu’elle nous explique la nécessité d’écouter l’autre même si cela implique de prendre sur soi ou nous raconte la fausse bonne idée d’offrir une fontaine zen qui finit par rendre zinzin, Madame Fraize, spectacle inénarrable, est d’une drôlerie déconcertante, mais délicieuse. Amateurs de punchlines, passez votre chemin.

Jouant, avec malice, l’ambiguïté entre le masculin et le féminin, Marc Fraize n’est jamais grotesque dans le costume de Madame. Il respecte son personnage avec délicatesse et tendresse grâce à une gestuelle précise et maîtrisée. On salue la performance d’acteur qui doit beaucoup au regard d’Alain Degois – alias Papy – à la mise en scène. Ce découvreur de talents (de Jamel Debbouze à Blanche Gardin) a le don pour développer la dimension clownesque de l’humoriste sans jamais renier sa sincérité.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Marc Fraize : « Notre vue sur mer était obstruée par un palmier gigantesque »

Avec Madame Fraize, les petits riens du quotidien d’un couple se transforment peu à peu en un hymne à l’amour. Quand il n’est pas sur scène ou au cinéma (Problemos, d’Eric Judor, Au poste !, de Quentin Dupieux, etc.), Marc Fraize vit dans un village de Saône-et-Loire avec sa compagne, institutrice, et ses deux enfants. Vingt-cinq ans de vie commune, cela vaut largement une déclaration. Quels jolis moments quand il revisite, en version douce, Femme Like U, de K. Maro (clin d’œil émouvant à son précédent spectacle), ou lorsqu’il nous emmène dans une séance de cerf-volant. A la fois absurde et sensible, audacieux et candide, le jeu et l’univers de Marc Fraize ne s’oublient pas.

Il vous reste 4.91% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.