« Succession », saison 3, épisode 1 : la course du fils prodigue dans Manhattan

Comme si, juste après avoir éventré une fourmilière d’un coup de pied, le gel avait figé les occupants et avait duré deux ans. On revient sur les lieux au moment du redoux et il suffit de quelques minutes pour se persuader que ce nid de créatures vénéneuses – un clan de milliardaires miné par le grand âge de son fondateur et les rivalités qu’il suscite – n’a rien perdu de son pouvoir hypnotique.

Le temps de la troisième saison de Succession (neuf épisodes), nous suivrons chaque semaine les grandes manœuvres et les petites combines de la famille Roy. On l’avait laissée sidérée par la révolte de Kendall Roy (Jeremy Strong). Logan Roy (Brian Cox), le patriarche, avait intimé à son fils, l’aîné de la fratrie issue de son deuxième mariage, l’ordre de se sacrifier pour le bien du clan, en prenant à son compte les accusations d’homicide et d’agressions sexuelles commises dans le cadre de l’activité croisières de la Waystar Royco, le trust familial. Sauf que, à la toute fin du dernier épisode de la précédente saison, Kendall a préféré se servir des documents en sa possession pour dénoncer son père et ses associés devant la presse, convoquée à l’origine pour assister au sacrifice du bouc émissaire.

Inévitables représailles

Après un hiatus de deux ans provoqué par une pandémie dont on ne verra rien (pour justifier ce parti pris, le créateur de Succession, Jesse Armstrong, a expliqué que l’extrême richesse permet, entre autres, de vivre comme si les virus n’existaient pas), les protagonistes sont donc exactement là où on les avait laissés : Kendall à New York, enivré par son audace, prêt à tout pour achever son geste parricide, terrifié à l’idée des inévitables représailles ; quelque part en Méditerranée, le reste du clan cherche la riposte. Jamais l’expression « ne plus savoir où l’on habite » n’a été si juste.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés « Succession », ou le monde selon les Roy

Le dissident (en une jolie allitération, cet épisode est intitulé Sécession) se rend compte qu’il ne peut plus accéder à son bureau du siège social de Waystar. Après avoir erré dans les rues de Manhattan à bord de son SUV aux vitres fumées (et éjecté de celui-ci une collaboratrice qu’il soupçonne de déloyauté), Kendall débarque, en compagnie du cousin Greg (Nicholas Braun), chez son ex-femme Rava (Natalie Gold), où il entreprend d’installer un quartier général de campagne. Il faut bien avouer que cette solution de repli, régressive et abjecte (au concours du pire père et époux, le rebelle fait une concurrence sévère à son propre géniteur), augure mal de la réussite de ses ambitions.

Il vous reste 54.8% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.