Sur Arte, Martha Argerich livre un concert privé et quelques propos intimes

« Concert privé chez Martha Argerich », avec la pianiste argentine et le violoncelliste Mischa Maisky, en 2020.

ARTE.TV – À LA DEMANDE – CONCERT-DOCUMENTAIRE

C’est un concert sans public que donne Martha Argerich, chez elle, à Genève, en compagnie du violoncelliste Mischa Maisky, mais dont on comprend – « C’était mieux cette fois ! », dit la pianiste – qu’il a connu d’autres prises. C’est presque aussi une répétition, puisque le début montre les deux artistes tenter d’être synchrones sur le premier accord des Variations sur un thème de « La Flûte enchantée », de Beethoven, l’une des œuvres inscrites au programme.

C’est aussi une poignée d’entretiens courts, taiseux mais intenses, avec ces grands silences accompagnés d’un sourire énigmatique si typiques de la pianiste argentine, juvénile en dépit des 80 ans qu’elle a fêtés le 5 juin. Ils sont menés par sa fille, Annie Dutoit, dont le père est le chef d’orchestre suisse Charles Dutoit.

Cette conversation est très différente de celle, plus développée et plus intime, qu’eurent la pianiste et Stéphanie Argerich, une autre de ses trois filles, fruit de sa relation avec le pianiste Stephen Kovacevich, au cours du documentaire Bloody Daughter (2012), diffusé en 2013 par Arte.

Mais Martha Argerich a l’art consommé de dire beaucoup avec peu de mots. Pourquoi vit-elle la nuit ? « Le temps passe plus lentement la nuit. (…) J’ai l’impression qu’on gagne du temps… » Quant au discours sur la musique, elle préfère l’éviter : « Qu’est-ce qu’on peut dire ? Il faut faire. »

Elle évoque un professeur, qui lui donnera un conseil technique mémorable, mais la rejettera alors qu’elle n’avait que 6 ans, effrayé par l’extraordinaire maturité de l’enfant prodige et déjà prodigieuse artiste : « Elle n’a pas 6 ans, elle en a 40… », dira le mentor au père de Martha, interloqué.

Entente familière

Martha Argerich a choisi, pour ce moment de musique de chambre, Mischa Maisky, dont elle dit qu’il est probablement son partenaire le plus ancien : « Je l’aime et j’adore jouer avec lui, on a une communication plutôt bonne. Je ne sais pas… Vous allez voir ! »

On pourrait s’étonner que son oreille ne semble pas gênée par l’intonation déficiente du violoncelliste, qui s’exprime de surcroît avec un rubato à donner le mal de mer. Mais Martha entend autre chose, et elle s’en fiche. Elle a toujours fait ce qu’elle voulait, voire, avec délectation, le contraire de ce qu’on lui conseillait de faire.

Si Martha Argerich aime la sécurité de l’entente familière, elle n’a pourtant de cesse de s’entourer de jeunes musiciens qu’elle défend, promeut, fait jouer avec ou sans elle. A 80 ans, l’Argentine, qui n’aime pas se retourner vers son passé, attend « toujours des surprises, de nouveaux horizons ».

Concert privé chez Martha Argerich. Œuvres de Beethoven, Brahms, Chopin et Schumann par Martha Argerich (piano), Mischa Maisky (violoncelle). Captation de concert réalisée par Martin Mirabel et Mariano Nante (Fr., 2020, 45 min). Sur Arte.tv jusqu’au 21 juin 2022.