Sur les iPhone 13, un écran particulièrement difficile à remplacer

C’est la panne la plus courante pour nos smartphones : leur écran casse souvent. Sur les iPhone, la réparation a toujours été possible, pour une petite boutique comme pour un particulier bricoleur et habile de ses doigts. Mais cela change avec l’iPhone 13, le tout dernier smartphone d’Apple, selon un article publié le 4 novembre par iFixit. D’après ce site spécialiste des modes d’emploi de réparation, lorsqu’on change l’écran de l’iPhone 13, on perd la reconnaissance faciale, Face ID.

Par conséquent il devient impossible de déverrouiller l’iPhone en lui présentant son visage, ce qui est pourtant l’un des atouts maîtres des mobiles haut de gamme de la marque à la pomme. Selon iFixit, les réparateurs agréés peuvent corriger ce problème en quelques clics, mais les réparateurs indépendants en sont réduits à un choix compliqué : rendre au client un iPhone amputé de cette fonction-clé ou réactiver Face ID par une manœuvre délicate.

Microsoudure

Cette dernière consiste à dessouder une minuscule puce électronique de l’ancien écran pour la souder sur le nouveau. Elle requiert un microscope et des compétences en microsoudure que les particuliers n’ont pas, sauf rarissimes exceptions. Quant aux quelques boutiques de réparation indépendantes qui auraient ce savoir-faire, elles devront facturer ce travail complexe, ce qui pénalisera leurs tarifs.

Cette différence tarifaire pourrait alors pousser certains propriétaires d’iPhone à se détourner de leurs réparateurs de quartier pour choisir des boutiques agréées par Apple, ce qui met en colère la communauté des réparateurs et des boutiques indépendantes. Certaines craignent même pour leur avenir, selon iFixit.

Une solution existe : Apple pourrait revenir en arrière et autoriser le fonctionnement de Face ID sur les mobiles dont l’écran a été remplacé. La marque se contenterait alors d’afficher un message disant que la pièce a été changée, et qu’elle n’a pu en vérifier l’origine. Un message qui s’affiche déjà lorsqu’on remplace l’appareil photo des iPhone 12.

L’incident confirme qu’Apple tient à contrôler étroitement la réparation de ses smartphones, quitte à faire passer au deuxième plan le « droit à la réparation » cher à l’Etat français. Cette préférence apparaît déjà assez clairement dans l’indice de réparabilité qu’obtiennent les iPhone récents, tournant autour de 6/10, à comparer aux scores avoisinant 8/10 qu’obtiennent les téléphones haut de gamme de Samsung et Xiaomi.

Lire aussi Les notes de réparabilité des iPhone sont passables