Tesla va déménager son siège au Texas

L’usine Tesla de Fremont, en Californie, le 12 mai 2020.

C’est une décision à haute teneur symbolique. Le patron de Tesla, Elon Musk, a annoncé jeudi 7 octobre que le siège du constructeur de véhicules électriques, actuellement basé à Palo Alto, en Californie, allait être déplacé à Austin au Texas, où le groupe construit actuellement une nouvelle usine.

« Je suis heureux de vous annoncer que nous allons bouger notre siège à Austin », a déclaré Elon Musk à l’occasion de l’assemblée générale annuelle des actionnaires de Tesla. Il a lui-même personnellement quitté la côte ouest en 2020 et a, à plusieurs reprises, vivement critiqué les autorités californiennes depuis le début de la pandémie pour des règles sanitaires qu’il jugeait trop strictes.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Elon Musk, Tesla et le visionnaire altruiste évincé

Cela ne veut pas dire que Tesla quitte complètement la côte ouest, a tout de suite ajouté le milliardaire. « Pour être bien clair, nous allons continuer à étendre nos activités en Californie », en augmentant notamment la production à l’usine de Fremont, a-t-il souligné.

Mais, a aussi remarqué l’entrepreneur, « on ne peut pas s’agrandir à l’infini dans la baie de San Francisco », où la densité est importante, le coût de la vie élevé et la circulation souvent difficile. Alors qu’à Austin, l’usine est installée « à cinq minutes de l’aéroport et à quinze minutes du centre-ville ».

Un Etat conservateur

Elon Musk avait justifié l’an dernier son déménagement personnel par la nécessité d’être au plus près des deux projets qui occupaient alors l’essentiel de son temps : le développement de fusées par sa société spatiale SpaceX dans le sud de l’Etat et la construction d’une usine automobile par Tesla près d’Austin.

En annonçant jeudi l’installation de Tesla au Texas, Elon Musk prend un peu le contre-pied de plusieurs grandes entreprises américaines, qui ont récemment critiqué publiquement cet Etat suite à l’adoption d’une loi particulièrement restrictive sur l’avortement. Le géant de l’informatique Salesforce a par exemple offert son aide aux employés qui souhaiteraient quitter le Texas.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « La Silicon Valley, la plus grande usine à start-up du monde, est aujourd’hui contestée pour son orientation politique »

Le Monde avec AFP