« This Way Up », « Acapulco », « Maid » : trois idées de séries

LA LISTE DE LA MATINALE

Pour ceux que les gratte-ciel et les névroses familiales de Succession laisseraient indifférents, quelques séries se permettent, cette semaine, de jouer brillamment les seconds rôles. Si vous ne connaissez pas encore Aisling Bea, This Way Up et ses deux courtes saisons sont un must de la comédie British ; Apple TV + propose, avec Acapulco, un sympathique divertissement familial ; et Maid, sur Netflix, permettra d’apprécier le talent naissant de Margaret Qualley.

« This Way Up », saison 2 : Aisling Bea va (un peu) mieux

Aisling Bea, prête à remonter la pente dans « This Way Up ».

Après une première saison attendrissante et franchement drôle – si l’on met de côté l’impression d’avoir déjà rencontré cette jeune femme plusieurs fois, que ce soit sous les traits de Zooey Deschanel (New Girl) ou de Phoebe Waller-Bridge (Fleabag) –, la stand-upeuse irlandaise Aisling Bea rempile pour six épisodes de sa dramédie This Way Up, écrits pendant le confinement. Son alter ego Aine, jeune professeure d’anglais à peine remise d’une dépression dont on devinait la gravité au tout premier épisode, va mieux : elle est amoureuse du père d’un de ses élèves, qui par chance l’aime aussi.

Ce n’est pas tant pour ce que This Way Up raconte, c’est-à-dire les hauts et les bas d’une Bridget Jones comme les autres, que pour ses interprètes principales que l’on engloutira avec bonheur cette saison 2, qui file à la vitesse de l’éclair. Difficile de ne pas se laisser conquérir par le duo Aisling Bea-Sharon Horgan, sœurs de comédie, copines à la ville, qui emportent This Way Up un peu plus haut que ce que le pitch de la série promettait.

This Way Up, saison 2, série créée par Aisling Bea. Avec Aisling Bea, Sharon Horgan, John Dadie, Dorian Grover (R.-U., 2021, 6 × 26 min). A partir du 25 octobre sur Canal+ Séries et en intégralité à la demande sur MyCanal.

« Acapulco » : une success story émaillée de tendres clichés

« Acapulco », une série Apple TV+ teintée de nostalgie et d’évasion.

Première coproduction Apple TV + destinée à un public latino, Acapulco est une déclinaison sérielle du film de Ken Marino How to Be a Latin Lover, sorti en 2017. On y retrouve l’acteur Eugenio Derbez dans la peau de Maximo Gallardo, riche homme d’affaires mexicain d’origine modeste qui entreprend de raconter sa jeunesse à son neveu. Embauché dans les années 1980 dans un resort paradisiaque d’Acapulco, Maximo apprend à satisfaire les désirs farfelus d’une clientèle américaine et fortunée pour espérer améliorer le quotidien de sa mère, femme de ménage, et de sa petite sœur.

Grâce, sans doute, à la liberté d’écriture qu’offre le fait d’être diffusée sur Apple TV +, Acapulco échappe aux écueils des productions commerciales formatées pour un public trop étroitement ciblé : la communauté des employés du resort y est ainsi dépeinte avec un grand sens de la parodie et de l’autodérision. Sans éviter certains clichés sur ces héros du quotidien qui semblent ne jamais se déparer de leur bonne humeur, Acapulco dispense une dose hautement recommandable de tendresse et de comédie, ce qui en fait un divertissement familial idéal pour les vacances.

Il vous reste 37.57% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.