Tour de France des expositions à voir cet été

LA LISTE DE LA MATINALE

Aix-en-Provence, Nice, Guingamp, Fontevraud… Pour vivre un été culturel, les critiques du Monde vous proposent leur sélection de dix-huit expositions immanquables partout en France.

Marseille

Jeff Koons au MuCEM

Au sein de l’exposition consacrée à l’œuvre de Jeff Koons, au MuCEM, à  Marseille (Bouches-du-Rhône), le 5 mai 2021.

La star américaine de l’art contemporain au MuCEM, le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée ? Le rapprochement entre des œuvres parmi les plus chères au monde – d’ailleurs prêtées par la Collection Pinault – et des pièces parfois sans réelle valeur marchande a de quoi surprendre. Mais l’artiste comme l’institution de Marseille ne traitent-ils pas chacun à leur façon d’art populaire ? Objets de la pop culture ou de la consommation de masse sublimés pour le New-Yorkais, ceux du quotidien et des traditions à travers les époques collectés pour l’institution. Or, le dialogue, en miroir, se révèle aussi subtil qu’amusant, et trace les contours de questionnements communs : quelles sont les frontières entre l’art et l’artisanat, le kitsch et le beau, quels imaginaires se cachent derrière les formes ? Emmanuelle Jardonnet

MuCEM, 7, promenade Robert-Laffont, Marseille 2e. Jusqu’au 18 octobre. De 7,50 € à 11 €. Mucem.org

« Le surréalisme dans l’art américain », au Centre de la Vieille-Charité

Peter Saul : « San Francisco n° 2 », 1966 - huile fluorescente sur toile. A Marseille, Musée d’art contemporain (MAC).

D’un côté les surréalistes, groupe de poètes et d’artistes européens fondé à Paris en 1924, de l’autre de jeunes artistes vivant à New York. La rencontre a eu lieu à partir de 1941, quand les surréalistes durent s’exiler loin du IIIe Reich. Elle est extrêmement féconde : les œuvres d’Arshile Gorky, Jackson Pollock, Mark Rothko et Barnett Newman en portent les traces quelques années. Plus tard, nationalisme et complexe de supériorité poussant, artistes et historiens américains ont passé cette histoire sous silence. L’exposition, riche en œuvres rares et très bien construite, revient sur le sujet, et prolonge l’enquête jusqu’aux années 1960, preuves à l’appui – preuves nommées Louise Bourgeois, Eva Hesse ou Robert Rauschenberg. Philippe Dagen

« Le surréalisme dans l’art américain », Centre de la Vieille Charité, 2, rue de la Charité, 13002 Marseille. Du mardi au dimanche de 9 heures à 18 heures Entrée : de 3 à 6 €. Jusqu’au 26 septembre. Vieille-charite-marseille.com

Villeneuve-d’Ascq

Giorgio Griffa et Guillermo Kuitca, au LaM

Guillermo Kuitca : « Untitled », 2003-2015 - huile sur toile - Collection privée.

Le lumineux LaM de Villeneuve-d’Ascq nous fait redécouvrir deux figures un peu oubliées de l’art contemporain. Rarement exposé en France, descendant d’une famille juive d’Europe de l’Est, l’Argentin Guillermo Kuitca a toujours refusé de jouer sur l’exotisme de l’exilé ou la mode des artistes latinos. Truffée de cartes et de chambres secrètes, tendue de références implicites à la Shoah et à la dictature, son œuvre cultive les paradoxes. Elle se nourrit de références au futurisme et au cubisme, dans d’immenses toiles. Particulièrement frappantes, ses collaborations avec le théâtre et l’opéra, nées de sa fascination pour la chorégraphe Pina Bausch.

Il vous reste 85.22% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.